Dans leur course effrénée aux voitures autonomes, les constructeurs oublient souvent un aspect essentiel : comment aménager un véhicule dans lequel le conducteur se trouve désormais libre de s'occuper comme il le souhaite ? Nous avons pu explorer le futur habitacle de ces véhicules attendus à l'horizon 2030.

Imaginez : nous sommes en 2030, les voitures autonomes sont devenues courantes et vous vous apprêtez à partir pour un trajet de 4 heures en famille. Comment vous occuper maintenant que le véhicule assure la conduite à votre place ? C’est la question que s’est posée la branche Panasonic Automotive pour concevoir — en seulement 9 mois — l’espace de vie intérieur des automobiles du futur, que nous avons pu explorer au CES 2017.

automotive-exterieur

Tablettes tactiles et anneau à ondes magnétiques

Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’entreprise japonaise a pensé cet espace dans le moindre détail. Ce qui frappe d’emblée à l’entrée dans l’habitacle, c’est la disposition des sièges : les dossiers ont purement et simplement disparu pour céder leur place à des fauteuils plus petits et tournant. Une évolution logique dans un véhicule où le conducteur n’est plus obligé d’être constamment face à son volant.

Ce prototype arbore, sur les deux côtés du véhicule, une bande colorée — bleue, rouge… — avec matrice dont la fonction a priori purement esthétique s’avère en réalité plus étendue grâce aux anneaux propres à chaque passager. C’est là que le concept développé par Panasonic impressionne par son ingéniosité : dans la voiture autonome du futur, toute la vie à bord est orchestrée depuis quatre tablettes tactiles ajustables  que l’on peut rapprocher pour former un écran géant.

panasonic-anneau

Outre une interactivité tactile désormais classique, l’interface repose sur un système d’ondes magnétiques activées avec le fameux anneau. En le posant sur son écran intelligent, le passager peut le configurer pour changer la lumière de la matrice environnante et, surtout, pour régler la température du véhicule à sa guise.

Au-delà de son aspect pratique, cette fonctionnalité ouvre une nouvelle ère, que Fabien Roth, responsable marketing et du développement avancé chez Panasonic, considère comme révolutionnaire : « C’est la première fois qu’on permet un équilibre des pouvoirs dans la voiture, en permettant à chacun de contrôler le véhicule. »

Un petit mug métallisé disposé près du tableau de bord offre quant à lui une fonctionnalité encore plus impressionnante : une fois posé sur la tablette, il indique directement sur celle-ci la température de la boisson, son nombre de calories, et son niveau de remplissage.

panasonic-matrice

L’aspect le plus convivial de ce prototype futuriste reste ses fameuses tablettes, qui visent aussi à resserrer le lien familial et à rapprocher les passagers pendant leur trajet. Au-delà d’options traditionnelles — mais néanmoins bien pratiques en voiture –, comme un catalogue de films, la visualisation d’une carte, ou encore la diffusion d’une playlist, la grande surface composée des quatre tablettes trouve tout son sens en matière de jeu.

Après avoir effleuré du doigt un bouton, un plateau de Monopoly géant se matérialise sous nos yeux. Une légère pression sur les dés rouges matérialisés en 3D suffit pour les lancer et s’offrir, en quelques gestes supplémentaires, l’hôtel de son choix. Le jeu, bluffant de réactivité, fait oublier sa version plateau archaïque et laisse songeur quant au potentiel catalogue de divertissements disponible à bord.

panasonic-monopoly

Comble du confort, la voiture peut projeter en réalité augmentée sur les vitres, afin d’offrir un nouveau regard sur le paysage qui défile. Ainsi, le château aperçu sur le bord de la route fera apparaître une série d’informations pratiques et factuelles sur le monument, que les passagers pourront lire tout en écoutant leur propre flux audio depuis leur repose-tête, afin d’éviter une bataille de sons contraires.

Pour Fabien Roth, aucun doute n’est permis : le futur des voitures autonomes passe par cet habitacle aussi ergonomique que fonctionnel : «  Les interfaces avec hologramme font toujours parler d’elles mais en pratique ce n’est pas réaliste, il y a trop de problèmes qui apparaissent à chaque fois. Que faire notamment quand un rayon de soleil vient perturber le système ? »

À défaut de se transformer en constructeur automobile — un objectif sans rapport avec ses ambitions et son histoire — Panasonic semble donc bien parti pour devenir le partenaire privilégié des marques les plus répandues. Pour les conducteurs, devenir passager n’aura jamais été aussi agréable.

Partager sur les réseaux sociaux