De l'art de présenter les résultats d'un sondage. Alors qu'AramisAuto a commandé une étude à TNS Sofres qui s'intéresse notamment aux sentiments des Français face aux voitures connectées, le résumé relativement pessimiste du sondeur ne se vérifie pas lorsque l'on regarde plus en détail les réponses aux questions.

Alors que les constructeurs annoncent tous leurs voitures autonomes ou semi-autonomes avec des horizons très proches, généralement vers 2020, les Français ne seraient pas du tout pressés de passer le volant à une intelligence artificielle, et même inquiets. L’institut TNS Sofres a ainsi réalisé une étude commandée par le spécialiste de la vente de voitures neuves ou d’occasion AramisAuto, dont la synthèse nous dit qu’elle « suscite une appréhension chez 65 % » des Français, que « seuls 18 % des Français estiment que la voiture autonome répondrait à un vrai besoin pour eux », ou encore que « 72 % pensent qu’elle  ne sera pas largement pas répandue avant 20 ans ou plus ».

tns-sofres-voitures

Mais le résumé des résultats fait par le sondeur pour son client est un peu brut, et la méthodologie de l’étude paraît pour le moins contestable.

Ainsi par exemple, les 1 100 personnes sondées n’avaient pas d’autre choix que de dire si elles « attendent avec impatience » les voitures autonomes, ou s’il s’agit d’une innovation qu’elles « appréhendent ». Aucun entre-deux, aucune nuance. L’impatience, ou la crainte. Résultat, en effet, si l’on est curieux mais pas spécialement ultra pressé, on se rabat sur les appréhensions qui sont actuellement légitimes.

43 % des Français trouvent déjà qu’elles apporteront plus de sécurité sur les routes

Dans le détail, on remarque que 57 % estiment que les voitures autonomes manquent de fiabilité, mais que tout de même 43 % des Français trouvent déjà qu’elles apporteront plus de sécurité sur les routes. Quant aux 75 % des sondés qui y voient « une perte du plaisir de conduire », on ne sait pas très bien qu’en penser lorsque l’on voit qu’en face, ce seraient 25 % qui voient « un plus grand plaisir de conduite » au fait de ne plus conduire…

sondage-biaise

Dans le même esprit, quand la synthèse du sondeur nous dit que « seuls 18 % des Français estiment que la voiture autonome répondrait à un vrai besoin pour eux  », il faut aller voir le détail pour voir qu’en réalité TNS Sofres ne retient pas les 26 % supplémentairs qui estiment que cela répond « assez bien » à un besoin. Ce qui fait qu’au total, c’est en réalité 44 % des sondés qui trouvent que la voiture automobile répond à leurs besoins. C’est certes minoritaire, mais beaucoup moins que ce que la présentation du sondage laissait croire.

Une majorité des Français (53 %) estime que la bascule se fera en moins de 20 ans

Enfin, s’agissant des « 72 % pensent qu’elle  ne sera pas largement pas répandue avant 20 ans ou plus », tout dépend de ce que l’on met derrière le terme « largement ». En réalité, le sondeur demandait aux répondants « à quel horizon pensez-vous que les Français seront majoritairement équipés en voiture autonome ».

Il est assez remarquable qu’à cette question, une majorité des Français (53 %) estime que la bascule se fera en moins de 20 ans, sachant que l’âge moyen d’un véhicule d’un particulier en France est de près de 9 ans. Vingt ans pour voir plus d’un véhicule sur deux remplacé par une voiture autonome, c’est finalement très peu.

tns-sofres-voitures2

Le sondage intégral :

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés