WhatsApp annonce la mise à jour de ses conditions d'utilisation et de sa politique de confidentialité. L'application fait savoir que certaines informations seront désormais partagées avec Facebook. Voilà ce qu'il faut retenir.

Le rapprochement entre Facebook et WhatsApp se poursuit. Deux ans après l’achat de l’application de messagerie instantanée par le réseau social pour 19 milliards de dollars, les deux parties ont convenu de partager davantage de données. Désormais, la plateforme de discussion partagera le numéro de téléphone de ses membres avec le site communautaire, sa maison-mère.

C’est ce que vient de faire savoir cette semaine WhatsApp dans un billet de blog. La société, qui a annoncé la mise à jour de ses conditions d’utilisation et de sa politique de confidentialité, indique que certaines informations seront désormais partagées avec le site américain, dès que les nouvelles règles du service seront lues (en théorie) et acceptées par les usagers.

WhatsApp

WhatsApp explique ainsi que « nous partagerons certaines de vos informations de compte avec Facebook et la famille de sociétés Facebook, telles que le numéro de téléphone que vous avez vérifié lorsque vous vous êtes inscrit sur WhatsApp, ainsi que la dernière fois que vous avez utilisé notre service ». Ce partage sert à plusieurs choses, allant de la lutte contre les spams à la suggestion d’amis, en passant par la publicité, décrite comme « pertinente »

C’est ce que souligne l’application, en faisant remarquer qu’elle fait maintenant partie de la famille du site de Mark Zuckerberg, avec tout ce que ça peut signifier derrière. D’autant que WhatsApp, qui a coûté très cher à Facebook en 2014, ne lui rapporte pas d’argent pour le moment. Le site n’est certes pas en difficulté, mais il doit aussi tenir compte de la saturation du fil d’actualité et des bloqueurs de publicité.

S’opposer au transfert

Est-il possible de s’opposer à ce transfert de données ?

Oui, il si vous êtes déjà utilisateur de WhatsApp. Dans sa foire aux questions, le site liste deux possibilités.

  • La première consiste à appuyer sur « Lisez » avant d’accepter les nouvelles conditions d’utilisation, lorsque un écran d’information apparaîtra au moment du démarrage de WhatsApp. L’usager verra alors l’ensemble des règles mises à jour et pourra, avant de donner son consentement, décocher la dernière option avant de valider l’ensemble.
  • La seconde concerne les retardataires qui auraient par mégarde accepté aveuglément le nouveau cadre règlementaire sans le lire consciencieusement. Dans ce cas de figure, un délai de 30 jours est accordé pour se rendre dans Paramètres > Compte > Partager infos compte dans l’application et de décocher l’option « Partager infos compte ».

On notera que WhatsApp explique que ces options s’appliquent à des utilisateurs déjà existants. En creux, il faut sans doute comprendre que les nouveaux venus n’auront pas la possibilité de décocher les options de partage qui ne leur conviennent pas.

Ce qui reste privé

Et qu’en est-il des messages et des contenus qui transitent par WhatsApp ? L’application est formelle : « vos messages sont chiffrés par défaut, ce qui signifie que vous êtes les seules personnes à pouvoir les lire ». Et le site d’ajouter que « même si nous coordonnons davantage avec Facebook dans les mois qui viennent, vos messages chiffrés restent privés et personne d’autre ne peut les lire. Pas WhatsApp, pas Facebook, ni qui que ce soit d’autre ».

WhatsApp s’est distingué au fil des mois pour la confidentialité des discussions passées sur sa plateforme. Le service a commencé à déployer le chiffrement de bout en bout fin 2014, avant de le généraliser ce printemps. Une protection bienvenue pour les utilisateurs, mais qui lui a causé quelques problèmes avec la justice et les autorités. On pense par en particulier au Brésil. Mais aussi à la France, qui s’agace de certains outils de chiffrement.

 

À lire sur Numerama : WhatsApp active le chiffrement de bout-en-bout par défaut  : comment ça marche

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés