Les pages mobiles accélérées semblent être un succès pour Google qui a décidé d'accélérer leur déploiement pour les sites qui ne relèvent pas du journalisme.

AMP est une technologie à double tranchant. Du côté de l’utilisateur, cette solution pensée et déployée par Google et des partenaires est sans faille : sur mobile, une page AMP se charge 4 fois plus rapidement qu’une page web classique — un peu moins si elle est bien optimisée, mais à l’usage, c’est véritablement bluffant.

Cette page a en plus de nombreux avantages pour l’internaute mobile : moins d’éléments gênants dans le texte, moins d’animations et des publicités moins envahissantes. Vous avez pu tomber sur des pages AMP de Numerama si vous avez fait une recherche sur Google sur un sujet d’actualité sur votre smartphone : les résultats apparaissent dans un carrousel juste avant les résultats Actualités classiques et les résultats de recherche.

Du côté de Google, c’est aussi tout bénèf’ : AMP est un service d’une telle utilité qu’il sera difficile de revenir en arrière. Le géant s’impose donc comme un intermédiaire qui met en cache le contenu chez lui et devient un pont entre les utilisateurs et les sites qui hébergent le contenu. Il n’est plus un simple moteur d’indexation des résultats. La carte AMP a d’ailleurs été joué au bon moment, pour répondre à l’attaque Facebook Instant Articles qui tente aussi, de son côté d’opérer cette révolution.

amp2

Côté éditeur de contenu, le verre est peut-être à trois-quarts plein et à un quart vide. Il est évident que nous souhaitons vous proposer notre contenu de la manière la plus efficace possible et que nous sommes heureux quand votre navigation sur Numerama est la plus ergonomique pour vous. Cela serait difficile de vouloir l’inverse et cela irait à l’encontre même de l’information moderne : qu’importe son contenant, c’est le contenu qui prévaut.

Cela dit, avec AMP, Google demande aux médias de faire des concessions, notamment du côté des revenus publicitaires qui ne sont pas de la même nature sur ce service. De plus, le géant crée une nouvelle dépendance technologique qui bouscule quelques principes du web. À nous de nous adapter : on imagine mal le géant aller à reculons sur ce projet.

Google a décidé d’enclencher la généralisation des pages AMP

Quoi qu’il en soit, l’expérience a dû être extrêmement positive pour Google et pour les utilisateurs qui se sont confrontées à ces nouvelles pages puisque Mountain View a décidé d’enclencher la généralisation des pages AMP, en incluant dans le programme des sites qui ne sont pas des médias d’information. À vrai dire, des sites dont le contenu n’est pas de l’actualité avaient déjà bidouillé un petit peu les règles pour faire apparaître leurs pages sous format AMP avant aujourd’hui. La nouveauté, c’est que Google va proposer des outils officiels et va clairement référencer ces résultats sur le moteur de recherche.

Avant, la grande majorité des contenus AMP se trouvaient dans Actualités et dans un carrousel prévu à cet effet. Désormais, AMP sera représenté par un petit logo en forme d’éclair directement dans les résultats de la recherche et concernera tout le contenu et non plus seulement les derniers articles publiés. Vous pouvez tester ce nouveau Google en vous rendant sur la page g.co/ampdemo. Pour trouver des résultats compatibles, tapez dans la recherche des termes populaires (en anglais c’est plus facile) : card tricks, cake recipe, Pokémon Go etc.

amp1

N’hésitez pas à nous partager votre avis sur cette technologie : elle risque d’être beaucoup discutée dans les années à venir.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés