L'agence nationale des fréquences organise un hackathon fin mai pour encourager l'émergence de nouveaux services basés sur les fréquences hertziennes.

Vous êtes développeur et les fréquences vous intéressent ? Sachez que l’agence nationale des fréquences (ANFR) organise un hackathon à la fin du mois de mai à Paris pour « trouver de nouveaux services innovants », « rendre plus fluide la communication entre les usagers et notre institution » et « améliorer des jeux de données publiques qui sont un bien commun numérique ».

Au cours de ces deux jours de hackathon — qui auront lieu les 28 et 29 mai –, trois jeux de données seront mis à disposition par l’ANFR, qui pourront être croisés avec celles que les participants voudront bien amener  :

  • les mesures de champs électromagnétiques (avec l’historique depuis 2001)
  • les stations radioélectriques (émetteurs de tout type, téléphonie, LTE, TNT , avec l’historique depuis 1951)
  • les servitudes radioélectriques (zones protégées pour éviter les brouillages)

Si des développeurs (web, mobile et réalité virtuelle) sont attendus, l’ANFR propose aussi à d’autres métiers de participer : spécialistes du traitement des données et de leur croisement, graphistes spécialisés en visualisation des données, urbanistes et architectes orientés aménagement du territoire et cartographes et spécialistes Système d’Information Géographique (SIG).

antennes

Vous vous demandez quelles peuvent être les services innovants qui peuvent émerger de ce hackathon dédié aux fréquences ? L’ANFR donne quelques exemples, qui vont du très sérieux aux idées les plus farfelues :

  • une application de visualisation des ondes
  • des mesures des niveaux de champ en crowdsourcing
  • une datavisualisation des bandes de fréquences avec position des émetteurs sur chaque fréquence
  • des outils de remontée vers l’ANFR d’observations – Bug télés
  • un Tinder des électrosensibles « embrassons-nous en zone blanche »
  • une application collaborative pour trouver des infos sur les antennes autour de soi, et vérifier leur conformité
  • des reconnaissances visuelles des antennes sur Google Street View
  • l’historique du déploiement des stations depuis 1951
  • un guide de randonnée qui ne passe que par des zones blanches, pour être sûr de ne pas être tenté de répondre à ses messages de boulot.
  • la corrélation entre les stations et les établissements particuliers : crèches, écoles, maisons de retraite.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés