Palmer Luckey a joué aux cloches de Pâques ce week-end en apportant lui-même l'Oculus Rift de son premier acheteur.

Il y a des petits moments qu’on aimerait faire entrer dans l’histoire. Cela ne suffisait visiblement pas à Palmer Luckey d’avoir relancé l’intérêt pour la réalité virtuelle avec un projet qu’il a commencé tout seul dans son garage, d’avoir été racheté par un Mark Zuckerberg véritablement admiratif, d’avoir débauché John Carmack himself pour travailler sur sa technologie ou d’avoir été le premier à vendre un casque de réalité virtuelle haut de gamme. Pour marquer cette nouvelle ère qui semble s’ouvrir, le jeune Luckey s’est déplacé lui-même chez son premier acheteur pour lui livrer le tout premier Oculus Rift jamais commercialisé.

Ross Martin, développeur, a donc accueilli chez lui, en Alaska, un Luckey qui n’a pas quitté ses tongs et sa chemise hawaïenne pour l’occasion (et l’a regretté). D’après le créateur de l’Oculus Rift, Martin a été déclaré premier à quelques fractions de seconde, tant les premières commandes ont été faites exactement au même moment. Il a poursuivi dans un court entretien avec Polygon en affirmant qu’il avait pris cette décision parce qu’il ne souhaitait pas qu’un moment aussi historique pour lui « qui a travaillé sur Oculus depuis 2009  » soit laissé à « n’importe quel livreur  ».

Si vous souhaitez voir comment cet entretien plutôt court s’est déroulé, Luckey en a profité pour utiliser la fonctionnalité vidéo live du réseau social édité par sa maison mère. Vous pourrez retrouver les deux vidéos sur le profil du créateur, ici et .

Reste que l’Oculus Rift est loin d’être l’appareil qui va démocratiser la réalité virtuelle : en plus d’être plutôt onéreux, l’ordinateur pour l’utiliser n’est pas celui du gamer moyen.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés