Une mise à jour du thermostat Nest a causé des soucis à de nombreux utilisateurs, dont certains n'ont plus réussi à contrôler la température de leur domicile. L'incident est aujourd'hui résolu en grande partie, mais il met en lumière les enjeux de la domotique.

La domotique peut être formidable pour contrôler avec précision différents équipements et objets du foyer. Quand ça fonctionne. En cas de piratage informatique, de panne ou de simple bug, l’expérience de la « maison intelligente » peut en effet très vite se transformer en calvaire.

Imaginez par exemple que le thermostat connecté plante et ne parvienne plus à gérer correctement la température du domicile : en plein hiver, ce n’est pas tout à fait le type d’incident à prendre à la légère, surtout si vous avez des enfants ou ou des personnes âgées qui vivent avec vous.

Un thermostat connecté de Nest.
Un thermostat connecté de Nest.

Scénario de science-fiction ? C’est pourtant à ce type de souci que certains clients de la société Nest Labs, rachetée début 2014 par Google pour 3,2 milliards de dollars, ont été exposés. Comme le rapporte le New York Times, l’incident est apparu au cours du mois de décembre à la suite d’une mise à jour défaillante.

L’entreprise, qui vend justement des thermostats connectés, a très vite pris conscience du souci et publié une procédure à suivre pour remettre en état de marche son appareil ayant reçu la mise à jour 5.1.3 (ou supérieure). Parmi les symptômes qui ont été constatés, on trouve l’impossibilité de contrôler l’appareil, de l’allumer, de le charger normalement ou de le gérer dans de bonnes conditions. Et parfois, il se décharge très vite.

Un souci corrigé pour 99,5 % des clients concernés.

Depuis la découverte du problème le mois dernier, Nest Labs affirme que le bug de la mise à jour est de l’histoire ancienne pour « 99,5 % » de ses clients. Et le New York Times l’admet volontiers : « le support technique de la société a travaillé d’arrache-pied pour aider ceux qui étaient en difficulté ». Mais c’est quand même la moindre des choses. Reste à savoir comment éviter qu’un tel souci ne se reproduise. S’il est impossible de garantir un produit livré sans le moindre bug, il convient tout de même de s’interroger sur la qualité des tests de la mise à jour 5.1.3 avant sa mise à disposition. Ont-ils été suffisamment poussés, par exemple ?

Indéniablement, cette histoire met en exergue les problèmes que peut potentiellement engendrer la domotique lorsqu’elle plante, pour une raison ou pour une autre. Elle révèle aussi la dépendance croissante des utilisateurs à des technologies qui sont, par nature, plus exposées à certains incidents (même si une banale panne électrique dans le quartier est susceptible de provoquer un résultat identique, domotique ou pas).

Les enjeux auxquels fait face la domotique ne sont pas si différents de ceux concernant les objets connectés. En voulant tout connecter et tout gérer électroniquement, on donne aux utilisateurs des possibilités inédites pour optimiser son quotidien. Mais de ce fait, on fait naître des défis qui n’existaient pas auparavant, comme la sécurité et la confidentialité des données personnelles, mais aussi la résilience des équipements.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés