Les taxis londoniens souhaitent s'équiper en lecteurs de cartes bancaires pour contrer les services de VTC. Mais n'est-ce pas un poil trop tard ?

Si vous avez pris un taxi londonien traditionnel, ces énormes voitures noires qui sillonnent les rues de la capitale anglaise, vous avez dû apprécier votre voyage jusqu’à la facture, payable uniquement en cash. Pour passer enfin au XXe siècle et contrer la concurrence des VTC, Uber en première ligne, les taxis londoniens ont donc annoncé étudier la possibilité de rendre le terminal pour payer par carte bleue obligatoire.

Côté économie du XXIe siècle en revanche, ce n’est pas pour tout de suite : si les terminaux devraient accepter le paiement sans contact, les taxis ont annoncé qu’ils allaient augmenter de 20 cents le tarif minimal de leur course pour compenser l’achat de l’équipement et les frais bancaires. Pour tous les usagers, même ceux qui paieront en cash. Pas sûr qu’augmenter le prix d’une course réjouisse les clients outre mesure et soit la stratégie la plus efficace pour contrer une compagnie comme Uber.

Tous les transports en commun londoniens sont par exemple compatibles avec Apple Pay

Il n’est bien entendu pas encore question d’une application qui permettrait de suivre le trajet du taxi (et donc contrôler qu’il ne fait pas de détours inutiles) ou d’un moyen de paiement virtuel qui ne ferait même pas sortir sa carte bancaire au client. Londres n’est pourtant pas une ville à la traîne à ce niveau-là : tous les transports en commun, sur terre ou sous terre, sont par exemple compatibles avec Apple Pay. En France, la plateforme Le.Taxi est censée donner des armes aux taxis pour créer des services plus confortables pour les utilisateurs et la loi Thévenoud de 2014 impose déjà aux taxis d’accepter la carte bancaire. Le chemin paraît long pour arriver à technologie égale.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés