Vingt planètes qui pourraient abriter la vie. Voici l'énorme trouvaille que vient de faire l'agence spatiale américaine grâce à Kepler, son télescope spatial observateur d'exoplanètes. L'une d'elles, KOI-7923.0, a quelques similitudes avec la Terre.

La curiosité humaine sur l’espace semble insatiable, et nombreuses sont les questions que nous nous posons sur notre place dans l’univers. Par exemple, existe-t-il d’autres planètes habitées d’une forme de vie comparable à la nôtre dans le cosmos ? La Nasa continue en tout cas de chercher inlassablement la vie dans d’autres systèmes.

L’agence spatiale américaine pense aujourd’hui avoir trouvé, non pas une, mais vingt planètes susceptibles d’accueillir la vie. La découverte a été permise par le télescope spatial Kepler, lancé en 2009 par la Nasa pour détecter la présence d’exoplanètes.

Parmi ces 20 planètes, une Terre bis ?

La plupart de ces planètes ont des caractéristiques proches de la Terre, notamment leur ancienneté ainsi que des températures similaires aux nôtres. Parmi elles, la planète KOI-7923.0 aurait le plus de chances d’être une Terre bis : la durée de sa révolution complète est de 395 jours et sa taille est proche de notre planète (à 97 %).

Le téléscope spatial Kepler. Photo NASA Ames/JPL-Caltech/T Pyle

Néanmoins, il y fait un peu plus froid que sur la planète bleue. En effet, KOI-7923.0 est plus éloignée de son soleil que la Terre n’est éloignée du sien (ou du nôtre, si vous préférez) — en outre, son soleil est moins chaud.

Malgré tout, l’espoir qu’une vie se soit développée à la surface de ce globe n’est pas douché : cette différence de température pourrait simplement vouloir dire que les zones les plus chaudes de KOI-7923.0 sont plus proches de ses zones les plus froides, si on la compare à la Terre.

Si vous deviez en choisir une pour envoyer une fusée, ce serait celle-là

KOI-7923.0 est-elle donc la plus prometteuse de ces vingt planètes ? « Si vous deviez en choisir une pour y envoyer une fusée, ce ne serait pas une mauvaise option », confirme Jeff Coughlin, l’un des scientifiques responsable de la mission Kepler.

Les planètes découvertes par la Nasa ont entre 70 et 80 % de chances d’être habitables, selon l’agence spatiale américaine. Le satellite Kepler, de nouveau opérationnel depuis avril 2016, va pouvoir continuer ses investigations autour de ces vingt sphères célestes.

Partager sur les réseaux sociaux