Des chercheurs en intelligence artificielle du MIT ont demandé à une IA de regarder des centaines d'heures de télévision, pour réussir à anticiper les interactions humaines et devenir ainsi plus naturelles.

À mesure qu’il devient un jeune homme ou une jeune femme, un bébé puis un enfant apprend à connaître l’espèce humaine et ses us et coutumes, pour s’y adapter naturellement. Il fait l’apprentissage de sa culture, et reproduit instinctivement ce qu’il constate depuis son plus jeune âge. Mais comment les robots, de plus en plus amenés à interagir avec l’humain, apprennent-ils à connaître leurs contemporains aux circuits biologiques ? En regardant des séries TV.

ZDNet rapporte ainsi qu’une équipe du Computer Science and Artificial Intelligence Laboratory (CSAIL), du MIT, ont présenté ces derniers jours lors d’une conférence les résultats de leurs travaux, qui visent à éduquer une intelligence artificielle par les séries TV.

juste en regardant de grandes quantités de vidéos, les ordinateurs peuvent gagner suffisamment de connaissances pour réaliser des prédictions

Les chercheurs du laboratoire d’IA ont demandé à leur création de regarder quelques 600 heures de programmes TV, avec des séries comme The Office ou Desperate Housewives, qui mettent régulièrement en scène les interactions humaines du quotidien, dans l’intimité ou la vie professionnelle. L’objectif était d’accumuler des informations comportementales sur la bonne manière de saluer les gens, en fonction du contexte. Faut-il saluer discrètement en gardant ses distances, serrer dans ses bras, faire un baiser ou serrer la main ?

grey

Après toutes ces heures de visionnage, les développeurs ont demandé à l’IA de prédire quelle serait la manière adaptée de saluer, en fournissant le début d’une scène où des personnages se rencontrent. Ils ont réussi à obtenir un taux de réussite de 43 %, ce qui est mieux que les 36 % obtenus précédemment avec d’autres méthodes qui demandaient par exemple aux chercheurs qu’ils décrivent la scène par des métadonnées.

« Nous voulions démontrer que juste en regardant de grandes quantités de vidéos, les ordinateurs peuvent gagner suffisamment de connaissances pour réaliser des prédictions sur leurs environnements », explique Carl Vondrick, docteur au CSAIL.

Leur méthode pourrait permettre aux robots d’acquérir les bonnes manières, mais aussi d’anticiper sur les conséquences d’actions humaines ou extérieures, par exemple en prédisant le type de blessures qu’un humain peut avoir lorsqu’il subit un accident et qu’un robot est appelé à intervenir d’urgence.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés