Des chercheurs du MIT ont créé une intelligence artificielle à laquelle vous pourriez recourir pour créer une ambiance sinistre le soir d'Halloween. Shelley invite en effet les internautes à écrire avec elle des histoires qui font peur.

Si vous voulez entretenir une ambiance inquiétante pendant cette soirée du 31 octobre 2017, plusieurs options s’offrent à vous. Outre les traditionnels déguisements d’Halloween, vous pouvez par exemple pimper un peu la bande-son de votre petite fête avec cette sélection de bruits sinistres captés par la Nasa dans l’espace. Ou enchaîner les films d’horreur en streaming toute la nuit.

Les bonnes vieilles histoires d’horreur — à raconter dans la pénombre pour un effet saisissant — restent une autre valeur sûre pour effrayer votre auditoire. Si vous êtes en manque d’inspiration pour trouver un scénario qui fasse très très très peur, sachez que vous pouvez compter sur une intelligence artificielle pour inventer des récits terrifiants.

#Yourturn, humain

Mise au point par le réputé Massachusetts Institute of Technology, cette IA baptisée Shelley propose aux (mortels) humains de collaborer avec elle pour écrire des histoires d’horreur. Toutes les heures, le compte Twitter qui lui est associé tweete un nouveau fragment de récit, accompagné du hashtag #yourturn, invitant à contribuer à la rédaction d’une nouvelle péripétie.

En fonction des intrigues imaginées par les internautes, Shelley adapte le déroulement de ses sinistres histoires. « Shelley est une intelligence artificielle basée sur l’apprentissage profond, qui tient son nom de l’autrice d’histoires d’horreur Mary Shelley », explique Pinar Yanardag, chercheuse associée postdoctorale au MIT.

Cette intelligence artificielle a été préalablement entraînée sur plus de 140 000 histoires d’horreur trouvées sur la page NoSleep de Reddit. Shelley s’en inspire pour générer aléatoirement des histoires ; à l’heure actuelle, l’intelligence artificielle a écrit plus de 100 récits avec l’aide d’utilisateurs de Twitter.

« Les auteurs humains n’ont rien à craindre à court terme »

Faut-il pour autant en déduire que Shelley signe la fin des récits d’horreur écrits par des êtres humains ? « Les auteurs humains n’ont rien à craindre à court terme », fait remarquer Iyad Rahwan, professeur associé au sein du MIT et co-créateur de Shelley.

Il poursuit : « Les algorithmes ne sont pas encore très doués pour générer un récit complexe. Nous avons encore le temps avant d’avoir une version IA de JK Rowling ou Stephen King, bien qu’il n’y ait aucune garantie que les choses n’évoluent pas sur le moyen ou long terme — et que les machines se mettent éventuellement à construire des récits complexes et explorent de nouveaux espaces créatifs dans la fiction. »

Partager sur les réseaux sociaux