Naughty Dog clôture Uncharted avec un spin-off centré sur un duo d'héroïnes. Sans Nathan Drake, le héros emblématique de la saga.

On ne sait pas, pour l’heure, s’il y aura d’autres épisodes dans la saga Uncharted. Mais toujours est-il que Naughty Dog a envie de fermer le chapitre de sa riche et glorifiante histoire avec Uncharted : The Lost Legacy, DLC devenu spin-off centré non pas sur Nathan Drake, mais Chloe Frazer, héroïne croisée durant le second épisode. Par ce prisme, le studio entend prouver qu’il a bel et bien donné naissance à une galerie de personnages forts en gueule, gravitant autour d’un seul ayant accompagné les joueurs durant l’ère PlayStation 3 avant d’atteindre son apothéose dans Uncharted 4 : A Thief’s End.

Une beauté sans pareille

Uncharted : The Lost Legacy est donc un peu plus que ce qu’il devait être à la base. D’un format court, il est passé à un petit condensé facile de l’expérience précédemment vécue. Une aubaine pour Naughty Dog, spécialisé dans l’art de poser sa narration en insistant sur les relations humaines. Le pitch de base est pourtant éculé : Chloe Frazer, voleuse au grand cœur, souhaite terminer le boulot amorcé par papa en retrouvant un artefact en Inde (la Défense de Ganesh). Une quête éclair — 6/7 heures — qui lui permet de boucler la boucle, à l’instar de Naughy Dog en quelque sorte. C’est finalement un prétexte pour nous faire visiter des temples, des caveaux, des cités perdues, tout en découvrant la mythologie hindoue par une réalisation soignée.

Car il faut bien avouer une chose : cet Uncharted : The Lost Legacy est d’une beauté sans pareille, capable d’offrir des panoramas renversants sur des vallées luxuriantes de végétations et d’édifices anciens. Sans jamais qu’aucun grain de sable ne vienne se mettre dans le coin de nos yeux alors écarquillés, refusant de se fermer devant pareil spectacle visuel. Peut-être un peu plus encore que dans Uncharted 4 : A Thief’s End, le niveau de détails est tout bonnement ahurissant, que ce soit au loin ou à proximité (les vêtements qui se déchirent et se salissent). Un tel rendu induit forcément des environnements étriqués et des scripts à la pelle, mais qu’importe.

Un vrai talent d’écriture

Privé de Nathan Drake, désormais à la retraite, Uncharted : The Lost Legacy s’articule autour de Chloe Frazer et Nadine Ross, respectivement croisées dans les opus 2 et 4. Les liens qui les unissent, d’abord froids, donnent naissance à des moments de tension, de grâce, d’émotion et, parfois, d’humour. En bref, un cocktail que nous pourrions retrouver sans mal dans un blockbuster diffusé dans nos salles obscures un été chaud. Il faut dire que l’écriture est une fois encore réussie, accouchant de personnalités fortes qui se câlinent et se déchirent en fonction des enjeux dramatiques.

En revanche, on pourra difficilement être aussi élogieux envers le gameplay en lui-même. Uncharted : The Lost Legacy s’apparente à une synthèse vite expédiée de son prédécesseur, lorgnant un peu trop souvent sur le recyclage plutôt que l’exotisme. D’aucuns diraient hommage, mais la frontière est mince à dire vrai. Dans tous les cas, il n’y a aucun dépaysement à attendre, hormis celui des paysages traversés. L’exploration plus présente, et garantie par un mini monde ouvert à parcourir passée l’introduction (avec trois objectifs à remplir dans l’ordre souhaité), les énigmes plus prégnantes font indéniablement penser à du Tomb Raider. On rappellera qu’Uncharted est un peu, déjà, un Tomb Raider avec un héros et que le reboot de Lara a fini par faire du Uncharted à son tour.

On passera volontiers sur les menus ajouts : le crochetage de serrure à la mécanique douteuse ou encore le piolet pour s’agripper à certaines surfaces (pompage intégral sur Tomb Raider, au passage).

De fait, on avance dans Uncharted : The Lost Legacy comme on avance dans Uncharted 4 : A Thief’s, au gré des décors qui s’effondrent, des sauts fluides et parfaits à réaliser et des découvertes merveilleuses à faire, sans oublier de pester sur ses phases de tirs toujours aussi enquiquinantes tant elles détonnent par rapport au reste. Naughty Dog n’avait pas pour but de révolutionner la recette et de bousculer des fans qui, de toute façon, en redemandaient volontiers après avoir rêvé une ultime fois en compagnie de Nathan Drake. Là, ils devront se faire à l’idée que c’en est terminé de cette saga enivrante. Du moins, à première vue.

Uncharted : The Lost Legacy est disponible à partir de 33 €.

Uncharted: The Lost Legacy

En bref

Uncharted: The Lost Legacy

Ne passant jamais très loin de l'épisode de trop, Uncharted: The Lost Legacy respire la lettre d'adieu écrite avec l'encre habituelle et dont le texte serait une paraphrase. On peut difficilement en vouloir à Naughty Dog compte tenu de la nature même du projet, à la base pensé comme un DLC pour agrémenter l'excellent et mémorable Uncharted 4: A Thief's End.

On ne boudera finalement pas son plaisir face à l'écriture impeccable, principale garante d'une narration immersive et donnant envie de suivre Chloe et Nadine, génial duo de femmes tour à tour héroïques, touchantes et drôles, jusqu'au bout du monde, sinon en Inde dans le cas présent. Et puis, dieu que c'est beau.

Top

  • Graphiquement éblouissant
  • Narration et écriture à l'unisson
  • La formule fonctionne toujours

Bof

  • Quelques redites maladroites
  • Les phases TPS toujours à l'Ouest
  • Il faut arrêter maintenant

Partager sur les réseaux sociaux