Disons-le sans détour : Google et les émojis ont une longue et difficile histoire. La firme de Mountain View a mis un temps certain à comprendre la nécessité de proposer aux utilisateurs un jeu décent d'émojis. En progrès depuis Lollipop, Google s'approche un peu plus de standards de l'Unicode... au risque de froisser les fans de Blob, assassiné de sang froid par les designers.

Mais qui est ce Blob dont chacun parle comme s’il s’agissait d’un vieux copain d’enfance pour lequel on garde une affection distante ?

Blob, quelques heures avant son licenciement par Pichai

Blob, littéralement paté en français, est la figure qui a servi d’emoji à Google jusqu’à son assassinat, froid et méticuleux, pratiqué par l’équipe de designers de Mountain View. Le corps de la victime n’a toutefois pas été incinéré puisque Blob reste au service de toutes les versions d’Android qui précèdent O, fragmentation oblige.

Une nouvelle page du monde émojique s’ouvre

Le limogeage de Blob marque un tournant pour Google.  Le joyeux paté jaune faisait partie des figures de proue de la marque depuis 2014. Le géant du web lui avait alors donné la mission de rattraper l’avance qu’Apple avait avec son jeu d’émojis, supérieur en toutes choses à la solution alors monochrome de Google.

Le jeune paté s’était rapidement mis au travail pour représenter les différentes émotions humaines telles que définies par les pontes de l’Unicode. Au fil des ans, l’ami Blob s’est contorsionné au grès de nos désirs pour être à la fois représentatif de la diversité et protéiforme. Ses proches rappellent par ailleurs que le paté a dû apprendre un nombre de sports en un temps record, une performance olympique, soulignent-t-ils.

En effet, seul aux commandes des émojis Google, Blob a pu s’illustrer au surf, ou encore au flamenco malgré quelques difficultés. Le chorégraphe avait beau expliquer à Blob qu’une rose dans la bouche n’est pas synonyme de flamenco, le paté était têtu et ses petites particularités ont autant fait sa célébrité que ses ratés parfois historiques.

Blob a connu quelques couacs…

Néanmoins, ces efforts consentis pour Google ne sont désormais qu’une ligne de plus au CV du pâté qui va devoir quitter son bureau de Moutain View dès les prochains jours. En discrétion et sans consultation, une attitude autoritaire déjà dénoncée par ses fans qui, plus vigoureux que ceux de David Pujadas, réclament déjà son retour par une pétition.

Mais le nouvel impétrant qui s’apprête à occuper les bureaux de Blob ne compte pas laisser l’ancien roi lui marcher sur le front jaune. Plus moderne, plus jeune et porteur du renouvellement de la classe émojique, l’ambitieux a déjà promis qu’il ringardiserait le clivage iOS/Android, au profit d’un mouvement de gauche et de droite pour la défense de l’émoji rond comme une pièce de deux euros.

Une alternance qui en rappelle une autre… Bon vent à Blob, dont le bilan si critiqué, sera sans nul doute reconnu dans dix ans.

Partager sur les réseaux sociaux