Des sympathisants de la France Insoumise ont fait de Jean-Luc Mélenchon le personnage central d'un jeu vidéo jouable sur navigateur. Nous l'avons testé -- puisque, après tout, il s'agit d'un jeu vidéo.

Ce week-end, les équipes du Discord Insoumis, soutien de Jean-Luc Mélenchon issu de jeuxvideo.com, ont sorti un jeu vidéo nommé Fiscal Kombat. Comme il s’agit d’une initiative plutôt innovante en soutien à un candidat à la fonction suprême de l’état français et que nous aimons les jeux vidéo, nous avons décidé de le tester — comme nous le faisons pour les autres titres importants de l’année en cours.

Fiscal Kombat est un jeu qui se joue dans votre navigateur. D’après l’équipe derrière le titre, il a été « optimisé pour Chrome », navigateur de référence développé par l’optimisateur fiscal Google. On aurait aimé qu’il soit pensé avant tout pour Vivaldi, mais que voulez-vous, le reach social aurait été moins important.

Gameplay

Comme vous vous en doutez, vous incarnez Jean-Luc Mélenchon (et non son hologramme, même s’il a un rôle dans l’histoire). Dans un univers joliment dessiné en pixel art, le candidat de la France Insoumise a une mission bien particulière : ramener l’argent de l’oligarchie. Pour ce faire, JLM n’a que deux interactions : attraper un riche et le secouer. Plus vous secouez de riches pour rendre leur argent à la France, plus vous montez en niveau. Quand vous atteignez un niveau supplémentaire, vous pouvez appuyer sur la barre d’espace pour déclencher une sorte de pouvoir qui va nettoyer l’écran.

Le gameplay est celui d’un jeu en scroll horizontal : vous vous déplacez à gauche et à droite et des ennemis apparaissent de temps à autre. Comme il n’y a pas de combat malgré le nom du titre, le jeu est rapidement redondant. À dire vrai, vous allez très vite oublier de secouer vos ennemis pour vous contenter d’appuyer frénétiquement sur les touches droite et gauche (c’est comme cela qu’on s’en débarrasse) pour enchaîner les combos. Jusqu’au niveau 30, Fiscal Kombat est extrêmement simple et seuls quelques bonus / malus vont diversifier vos aventures — les ennemis, même s’ils sont différents en apparence, ont tous le même comportement.

Au niveau 30, les choses se corsent, non pas parce que les vilains changent de stratégie, mais bien parce qu’ils apparaissent par dizaines, rendant les interactions beaucoup plus difficiles. Sur notre run qui aura duré une quarantaine de minutes, nous avons atteint le niveau 33 et récolté un peu plus d’un million d’euros. Fiscal Kombat propose des objectifs communautaires : l’argent que vous récoltez est mis dans un pot commun qui va servir à financer les projets de la France Insoumise. Par exemple, en ce moment, les joueurs doivent financer la Planification écologiques et atteindre les 50 milliards d’euros. Le budget total à trouver est de 273 milliards d’euros.

Et c’est tout. Quand vous avez fini, vous recommencez.

Sous-texte politique

Bien entendu, ce jeu vidéo ne trouve son véritable intérêt que dans son sous-texte politique, même si le gameplay peut amuser 10 minutes et que les graphismes ont été travaillés — les décors et les animations sont vraiment réussis. Le candidat de la France Insoumise affronte donc les différents visages de la Finance, avec un grand F, celle-là même que François Hollande se promettait de dresser (mais il n’avait pas eu de jeu vidéo pour cela). Même si le jeu leur donne des pseudonymes, on reconnaît sans mal Christine Lagarde, Patrick Balkany, Emmanuel Macron ou encore, Liliane Bettencourt et François Fillon.

Chacun des personnages est amené dans le jeu avec une petite introduction qui mêle la blague et le discours militant. On s’étonne alors très franchement de l’absence de Marine Le Pen parmi les adversaires à secouer et la réponse qui a été faite par le chef de projet qui a chapeauté le jeu à nos confrères du Monde a de quoi faire sourire : « C’est un peu une blague. On est une équipe très restreinte et comme Marine Le Pen ne représente pas [l’oligarchie], moi, je ne voulais pas trop la mettre. On en a parlé à notre graphiste qui a dit que de toute façon, il refusait de la dessiner  ».

Le discours de la candidate d’extrême droite résonne donc parfaitement dans le Discord Insoumis : au moins pour ces militants, elle a réussi à se faire passer pour quelqu’un qui ne fait pas partie du système. On ne secouera donc pas celle qui a grandi dans un hôtel particulier à Saint-Cloud, qui est prise dans des affaires similaires à celles de François Fillon au niveau européen ou qui est soupçonnée d’avoir sous-évalué son patrimoine.

Miidnight, responsable du projet a tenu à préciser les choses dans un droit de réponse : pour lui, nous semblions «  vouloir [les] créditer d’une forme de bienveillance à l’égard de la candidate d’extrême droite et vous vous trompez. » Avant de poursuivre : « Ce n’est pas par tendresse pour elle mais plutôt par désintérêt et mépris de ce qu’elle représente politiquement que nous avons décidé qu’elle n’avait pas sa place dans notre jeu. Nous estimions par ailleurs qu’elle a bien assez de visibilité dans l’espace public pour ne pas en ajouter davantage encore.  »

Si on comprend pourquoi on ne peut pas l’associer à la directrice du FMI ou au maire de Levallois, qui sont un peu les boss de fin du finance-game ou du corruption-game, on ne sait pas vraiment ce qui justifie de secouer un François Fillon ou un Emmanuel Macron. Le jeu, malheureusement, peine à définir ses cibles et brouille le discours politique qui semble, en réalité, bien plus fondé sur des blagues que sur des idéaux bien définis (« Rends l’argent  », « Notre projeeeeet  »).

Est-ce un mal ? Pas forcément : cela montre surtout que l’équipe de campagne de Mélenchon n’était pas derrière Fiscal Kombat — adepte d’une communication millimétrée, elle n’aurait pas laissé passer ces erreurs ou approximations. Cela signifie donc que l’initiative Fiscal Kombat n’est pas dirigée par le haut de la campagne et que des militants, issus du forum Jeuxvideo.com que l’on connaît bien, ont eu assez de confiance en leur candidat pour dédier une partie de leur temps libre à la création de cette expérience.

Du bottom up politique et numérique aussi imparfait que nécessaire à la crédibilité d’un candidat, en somme.

En bref

Fiscal Kombat

Note indicative : 3/5

Fiscal Kombat n'est pas un jeu amusant, mais on peut bien lui consacrer une demi-heure pour découvrir un phénomène politico-sociologique qui, somme toute, a une importance. Ce projet, piloté depuis un serveur Discord et issu des forums de jeuxvideo.com est, au fond, un bel exemple de ce que peut faire une base militante active et connaissant les rouages du web -- qu'importe le candidat. 

Top

  • Secouer Balkany
  • Fillon qui rend l'argent
  • L'initiative militante

Bof

  • Répétitif
  • Absence de Marine Le Pen
  • Flou idéologique

Partager sur les réseaux sociaux