Des joueurs bosniaques de Pokémon Go auraient été repérés à proximité dangereuse de champs de mines. Une ONG les met en garde.

Si vous étiez dans une grotte depuis le 6 juillet et que vous ne savez pas comment fonctionne Pokémon Go, imaginez rapidement un jeu dans lequel vous devez vous déplacer sur Google Maps pour récupérer des petits monstres en réalité augmentée. Le titre de Niantic invite à l’exploration et aux grandes randonnées pour trouver les meilleurs Pokémon. Mais dans un pays comme la Bosnie, qui a été le théâtre d’une guerre inter-communautaire violente entre 1992 et 1995, la situation pourrait s’avérer très dangereuse pour les aspirants dresseurs.

En effet, la région de Posavina au nord du pays est encore infestée de mines antipersonnel, de mines antichar et d’engins explosifs qui n’ont pas encore été déclenchés, enfouis dans le sol. D’après la dépêche de l’AFP, 550 000 Bosniaques vivent aujourd’hui à proximité de ces champs de mines qui ont fait plus de 600 morts depuis la fin de la guerre. Voilà pourquoi l’ONG Posavina bez mina a prié les joueurs sur sa page Facebook d’éviter les champs de mine dans leurs aventures. L’ONG qui lutte pour le déminage de la région a en effet reçu plusieurs témoignages faisant état de joueurs qui se risquaient sur des terrains absolument peu sûrs.

Capture d’écran 2016-07-19 à 18.55.28

Il serait intelligent de la part de Niantic de prendre en considération ces remarques et d’éviter de placer des Pokémon dans des zones à risques qui ne sont pas signalées comme telles sur Google Maps. Mines, requins ou falaises glissantes devraient être des zones dans lesquelles les Pokémon n’apparaissent pas. Comme dans la campagne française, en somme.

Pokémon Go n’est toujours pas officiellement disponible en France mais vous pouvez déjà télécharger l’application sur iOS et Android.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés