Le patron de Netflix n'écarte plus l'idée d'ajouter un mode de visionnage hors ligne dans son service de vidéo à la demande par abonnement.

C’est LA fonctionnalité qui manque sur Netflix : un mode de visionnage hors ligne. Il est impossible aujourd’hui de regarder un film ou une série télévisée sans connexion Internet, ce qui empêche un usager de profiter de son accès au service de vidéo à la demande par abonnement (SVOD) dans des lieux où il n’y a pas de réseau ou lorsque le débit est bien trop faible pour en profiter correctement.

Jusqu’à présent, Netflix a affiché une position constante sur ce sujet. Cliff Edwards, le responsable de la communication institutionnelle et de la technologie, déclarait par exemple que « cela n’arrivera jamais » en décembre 2014. Il expliquait à l’époque que la couverture du réseau ne cesse de s’étendre dans le monde, ce qui diminue chaque jour un peu plus l’intérêt de proposer une telle option.

netflix-3
Reed Hastings, patron de Netflix.

Seize mois plus tard, la fermeté avec laquelle Netflix s’opposait au mode hors ligne n’est plus tout à fait de mise dans le discours officiel. Interrogé à nouveau sur ce sujet, cette fois par Re/Code, le PDG de la plateforme de SVOD, Reed Hastings, a fait preuve d’une relative ouverture, laissant entrevoir la perspective de voir cette fonctionnalité finalement mise en place.

« Nous devons garder un esprit ouvert à ce sujet. Nous avons été tellement focalisés sur le ‘cliquez-et-regardez’ et la beauté et la simplicité du streaming. Mais à mesure que nous nous déployons tout autour du monde, là où nous pouvons voir des réseaux inégaux, c’est quelque-chose sur lequel nous devons rester ouverts », a-t-il fait savoir, très conscient qu’il est attendu au tournant sur ce point.

Nous devons garder un esprit ouvert à ce sujet

Si l’argument qualitatif des réseaux est tout à fait recevable pour défendre l’idée d’un mode hors ligne, il est assez curieux de voir Netflix prendre conscience aujourd’hui de l’existence d’un problème qui ne date pas d’hier, même si le service de SVOD n’avait pas à l’époque un service aussi global que maintenant. Sans doute que des aspects moins avouables ont contribué à cette évolution.

On pense bien sûr au repositionnement d’Amazon, qui s’aligne sur le spécialiste de la SVOD avec un nouvel abonnement mensuel et qui propose justement l’option qui fait défaut à Netflix. Cette concurrence pourrait conduire l’entreprise de Reed Hastings à suivre le mouvement, pour la plus grande satisfaction des abonnés qui pourront enfin stocker en avance les contenus de leur choix.

À lire sur Numerama : Netflix, un géant seul au monde

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés