Après avoir supprimé, pendant le week-end, des applis VPN permettant de contourner la censure en Chine, Apple a reconnu s'être conformé à la législation chinoise adoptée récemment, qui renforce encore les restrictions gouvernementales sur le web. Apple

Ce week-end, la suppression d’applis VPN — qui permettent de contourner la censure instaurée par le gouvernement chinois sur le web — de l’Apple Store chinois par Apple n’est pas passée inaperçue.

Le service ExpressVPN a signalé cette disparition soudaine samedi 29 juillet, en publiant le message qui lui a été envoyé par Apple pour signaler ce changement particulièrement critique puisqu’il empêche ses utilisateurs habituels d’accéder à des sites interdits comme Google, YouTube ou différents médias.

L’entreprise a dénoncé cette atteinte aux libertés des internautes : « Nous sommes déçus de cette décision car il s’agit de la mesure la plus draconienne prise, à ce stade, par le gouvernement pour bloquer l’usage des VPN, et nous sommes perturbés de voir Apple aider les efforts de censure d’Apple. »

« Ces applis restent disponibles dans les autres marchés »

Depuis, l’entreprise de Tim Cook a confirmé avoir supprimé plusieurs applis de VPN (comme Star VPN), en expliquant, dans un communiqué, avoir suivi la législation chinoise : « Plus tôt au cours de l’année, le [gouvernement chinois] a annoncé que les développeurs proposant des VPN devaient obtenir une autorisation du gouvernement. On nous a demandé de supprimer certaines applis VPN en Chine qui ne sont pas conformes à la nouvelle régulation chinoise. Ces applis restent disponibles dans tous les autres marchés. »

Depuis janvier 2017, la Chine se montre particulièrement sévère avec les VPN, qui nécessitent une autorisation gouvernementale pour être proposés au public. Les mesures restrictives sur le web se multiplient depuis plusieurs mois, notamment avec le blocage gouvernemental de certaines fonctionnalités de la messagerie sécurisée WhatsApp.

Les internautes du pays sont soumis au grand firewall, qui filtre tous les contenus sur le web, et a récemment permis d’éviter toute mention du dissident et prix Nobel de la paix Liu Xiaobo au lendemain de son décès. De son côté, Apple doit prochainement installer son premier data center chinois dans la province de Guizhou, au sud du pays.

Partager sur les réseaux sociaux