Apple a reconnu avoir retiré l'application du New York Times de l'App Store en Chine, sur demande des autorités.

Le vaste marché chinois est décidément beaucoup trop stratégique pour Apple pour risquer une brouille avec Pékin. Aussi, la firme de Cupertino ne peut guère s’opposer aux injonctions des autorités même si celles-ci lui semblent excessives ou infondées. Ainsi, lorsque le pouvoir en place lui a demandé de retirer l’application du New York Times de l’App Store, le groupe américain s’est exécuté.

new-york-times-presse-media-journal
CC Sam Chills

La disparition du quotidien sur la version chinoise de l’App Store s’inscrit dans la continuité des mesures déjà prises par Pékin contre la presse étrangère. Depuis 2012, les sites web de plusieurs grandes publications, du New York Times au Wall Street Journal, en passant par le Financial Times, sont bloqués sur les accès à Internet de la Chine continentale.

Stabilité du pays

Les raisons précises du retrait de l’application n’ont pas été commentées par Apple. On devine toutefois qu’elles sont vraisemblablement liées aux règles chinoises sur la diffusion de contenus prohibés. Pour Pékin, la propagation d’articles de presse sans « vérification » préalable de ce qu’ils contiennent n’est pas tolérable, car ils pourraient constituer à terme une menace pour la stabilité du régime.

C’est ce que détaille le sinologue Jean-Pierre Cabestan dans son livre La politique internationale de la Chine. Pour assurer l’avenir du pouvoir en place et garder la société sous contrôle, Pékin établit un « contrôle de l’Internet  » qui passe par « la neutralisation par tous les moyens, y compris offensifs, de l’information électronique perçue comme une menace pour la République populaire ».

Ce n’est pas la première fois que la firme américaine est confrontée à la censure chinoise. En 2008, iTunes avait été bloqué pour contrer la diffusion d’un album pour le Tibet. Huit ans plus tard, Apple a dû se résoudre à désactiver son service iTunes Movies et iBooks, au motif que les deux services ne respectent pas la réglementation obligeant à ne distribuer les œuvres culturelles qu’en partenariat avec un acteur local soumis à la censure.

À lire sur Numerama : Apple ne peut plus vendre de films et livres en Chine

Partager sur les réseaux sociaux