La Chine a obligé Apple à désactiver son service iTunes Movies et iBooks, la firme de Cupertino ne respectant pas la réglementation imposée depuis mars, qui oblige à ne distribuer les œuvres culturelles qu'en partenariat avec un acteur local soumis à la censure.

C’est un effet logique des nouvelles régulations mises en place le mois dernier en Chine, qui interdisent à toute entreprise non-chinoise de commercialiser des œuvres sur Internet en Chine, sauf si c’est fait en partenariat avec une entreprise locale. Selon les constatations de l’agence Reuters, la section films d’iTunes et les livres numériques iBooks ne sont plus accessibles depuis la Chine.

« Plusieurs tentatives de Reuters d’accéder aux boutiques électroniques iBooks Store et iTunes Movies ont échoué, les sites n’affichant qu’un message en chinois expliquant que ces services étaient « inutilisables » », raconte l’agence de presse.

Selon le New York Times, la décision aurait été prise après sommation par l’Administration de l’État pour la Presse, la Publication, la Radio, le Film et la Télévision (AEPPRFT), qui avait annoncé les nouvelles réglementations entrées en vigueur en mars dernier.

Pas une première

Apple a confirmé l’information dans la journée, en déclarant que « nous espérons remettre livres et films à nouveau à disposition de nos clients en Chine le plus vite possible ». Mais il ne pourra le faire que s’il s’allie à un industriel local, au risque d’encourager la censure. L’Administration chinoise impose en effet un cahier des charges strict aux partenaires chinois, pour s’assurer qu’aucun contenu culturel ne heurte les intérêts politiques de la Chine, ni n’encourage à certains comportements jugés immoraux dans le pays.

Déjà l’an dernier, la Chine avait imposé une régulation très ferme des plateformes de streaming, en décidant de les rendre directement responsables des contenus hébergés. Elles seront elles-mêmes poursuivies pénalement, et pourront perdre leur autorisation d’exploitation, si elles diffusent par exemple certaines chansons de rap interdites.

Ce n’est pas la première fois qu’Apple est ainsi victime de la censure chinoise. En 2008, iTunes avait été bloqué pour contester la diffusion d’un album pour le Tibet. La censure avait toutefois eu l’effet inverse à celui escompté, donnant une publicité sans précédent à l’œuvre. Les autorités avaient changé d’avis une semaine plus tard.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés