Bien que le candidat Trump a nié vouloir fonder sa propre télévision, les indices s'accumulent pour confirmer que le scénario d'un média dédié à l'homme et ses idées serait à l'étude.

Après les Mexicains et les Musulmans, les journalistes ont été des cibles des discours du candidat Républicain. Donald Trump accuse tour à tour les médias de complaisance avec Hillary Clinton, mais également de mensonges ou de complotisme. Fidèle aux méthodes des droites alternatives qui dénoncent les médias comme des défenseurs de l’ordre établi, le candidat Républicain explique s’être senti lésé par les médias américains. Si bien que ce dernier mois, il a lancé sur Facebook une Trump TV.

Des programmes en live, animés par des soutiens, qui visent à décrypter et expliquer l’actualité de la campagne sous un angle trumpiste. Le candidat explique qu’une telle démarche était nécessaire pour contrer le prétendu acharnement dont il serait victime.

Et malgré la victimisation évidente que le candidat propose à voir à ses électeurs, il n’a pas tout à fait tort de voir une absence de relais médiatiques à la télévision. Sa personne et ses idées ne sont pas incarnés par l’habituel relais républicain qu’est Fox News. L’alt-right se repose jusque là sur Breitbart News, le fiévreux média en ligne d’extrême droite dont le directeur de la campagne Trump est président.

trump-apprentice
Donald Trump dans The Apprentice, sa télé-réalité

De plus, le scénario selon lequel les relais Républicains se retournent contre lui pour véritablement enterrer la période Trump est plus que probable dans la mesure où le GOP s’applique depuis quelques mois à écarter le candidat des projecteurs.

Depuis l’apparition des programmes diffusés en direct de la Trump Tower, les médias américains relaient donc l’idée qu’après l’élection américaine, le candidat Républicain voudrait se lancer dans une aventure médiatique. Et des indices semblent confirmer que le plan est à l’étude. Ainsi, Bloomberg révélait que son beau-fils, proche de la campagne, a approché des investisseurs susceptibles de rejoindre l’aventure de la Trump TV.  Roger Ailes serait également disponible pour diriger une éventuelle chaîne : le fondateur de Fox News, proche ami de Trump a été renvoyé du média à la suite de plaintes pour harcèlement sexuel.

trump-facebook-live1

Néanmoins, interrogé sur le sujet, Donald Trump a expliqué n’avoir aucun intérêt pour une Trump TV, expliquant que son seul intérêt est le 8 novembre. Certes, mais après ? Va-t-il simplement abandonner les millions d’adresses mails collecteés pendant la campagne et les canaux de diffusions sur les réseaux sociaux qui lui permettent lors de ses live d’entrer en concurrence avec des chaînes télévisées ?

Selon Facebook, les live de l’actuelle Trump TV attire plus d’un million de personnes.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés