Bill Gates estime qu'Apple ne devrait pas se contenter de rejeter en bloc la demande du FBI d'accéder à des données stockées sur les appareils de ses clients. L'ancien patron de Microsoft souhaite que la firme fasse des propositions constructives pour équilibrer sécurité et libertés.

Le fondateur de Microsoft, Bill Gates, s’est livré mardi à une nouvelle session de questions/réponses sur le forum Reddit. Comme attendu, l’homme d’affaires a été interrogé sur sa position dans l’affaire Apple vs FBI qui agite la Silicon Valley, et le monde entier. Faut-il, oui ou non, que les autorités judiciaires puissent ordonner à un constructeur de téléphones de pirater le système de protection d’un téléphone, pour accéder aux données que le client stocke en privé ?

Dans un premier temps, Bill Gates avait clairement pris parti pour le FBI, avant de modérer très légèrement ses propos devant l’hostilité générale des professionnels du numérique. Sur Reddit, Gates n’a toujours pas répondu franchement à la question, mais il s’est avancé un peu plus vers une critique d’Apple et de Tim Cook.

« Je pense qu’il doit y avoir un débat (…). Qu’est-ce qui se serait passé si nous n’avions jamais eu d’écoutes téléphoniques ? », a-t-il amorcé. « Je pense que très peu de personnes adoptent le point de vue extrême qui veut que le gouvernement soit aveugle face aux données financières et de communication, mais très peu de gens pensent que donner carte blanche au gouvernement sans garanties a du sens ».

Qu’Apple aide à équilibrer sécurité et liberté

Pressé de dire ce qu’il ferait concrètement s’il dirigeait Apple, l’ancien meilleur ennemi de Steve Jobs s’est davantage livré. « Peut-être qu’ils devraient proposer un plan général pour trouver l’équilibre entre la capacité du gouvernement à connaître des choses dans certains cas, et avoir des garanties pour s’assurer que ces pouvoirs soient confinés à des affaires adéquates », conseille Bill Gates. «  Il n’y a pas de possibilité d’éviter ce débat, et ils pourraient contribuer à dire comment l’équilibre devrait être trouvé ».

De fait, Apple s’est déjà engagé sur cette voie, mais en mettant le ballon en touche. Dans mesurer très légèrement ses propos, Tim Cook avait expliqué que « la meilleure façon d’aller de l’avant serait que le gouvernement annule sa requête (…) et forme une commission d’experts sur l’innovation, la technologie et les libertés civiles pour discuter de l’impact d’un renforcement juridique, de la sécurité nationale et de la confidentialité et des libertés individuelles ». «  Apple serait heureux de s’impliquer dans un tel effort », avait-il ajouté.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés