Et de deux ! Après Grégoire sur MyMajorCompany, c’est au tour de The Vernon Project d’être envoyé en studio par un autre label communautaire français, NoMajorMusik. NoMajorMusik n’a pas profité du buzz qu’a réussi à engendré MyMajorCompany et pourtant, dans ce même laps de temps de deux mois d’existence, il est arrivé à soulever une communauté d’investisseurs suffisante pour produire son premier artiste.

Il faut toutefois prendre en compte le fait que NoMajorMusik ne demande pas 70.000 euros pour produire un artiste mais 3.000 euros seulement, et ceci afin de sortir un single. C’est peut être moins classe mais ça prouve que la modestie, ça paie ! Surtout quand leur confrère Spidart, le plus vieux des trois labels communautaires français, n’a toujours pas réussi à lever suffisamment de fonds pour élever son premier poulain.

Cet évènement prouve donc que MyMajorCompany ne fait pas figure d’exception. Le modèle communautaire semble bel et bien voué à un avenir dans nos contrées, qu’il perdure ou qu’il s’agisse d’un simple coup de vent. Soit dit en passant, on peut aussi se réjouir du fait que The Vernon Project nous sert une musique bien plus savoureuse (à notre avis) que la variété sans originalité de Grégoire. Bonne nouvelle ; le modèle de financement communautaire ne semble pas forcément voué au racoleur de piètre qualité.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés