Une industrie musicale sectionnée au gré des FAI, fabricants ou opérateurs mobile ? Voilà un avenir bien sombre. Pourtant, la tendance est en pleine gestation. Après l’initiative Nokia Comes With Music, voici celle de Timbaland. La star du R’n’B vient en effet de conclure un accord avec Verizon pour sortir son prochain album exclusivement chez l’opérateur américain. « Tous les endroits ne vendent pas de CD mais tout le monde a un téléphone mobile » explique l’intéressé, comme si Verizon était le seul opérateur du pays.

« Produire un album juste à destination du mobile n’a jamais été fait. Je suis le premier à le faire. » Timbaland avant-gardiste ? Timbaland cupide surtout. On se laisse facilement imaginer le chèque colossal qu’il a du encaisser pour renoncer à la distribution traditionnelle de son album. C’est le nouveau rapport que commencent à entretenir fabricants mobiles (Nokia), opérateurs (Verizon), et FAI (Neuf Cegetel) avec la musique. On achète à prix d’or la licence d’exploitation d’un catalogue ou d’un album, et on considère ce coût comme un investissement marketing destiné à attirer la clientèle. Ici, les deux parties y trouvent leur compte. Verizon, qui profite de la publicité, et Timbaland, qui se voit offrir une avance sûrement plus conséquente que ce qu’ont proposé les majors.

Les morceaux de l’album seront vendus à 1,99 $. En plus d’être proposés, donc, à un nombre de clients largement en deçà de ce que peuvent toucher les chaînes de disquaires et plateformes de vente, ils sont proposés deux fois plus chers que le prix standard. Cette initiative ne devrait donc que pousser les auditeurs à pirater l’album. Mais au final, qui s’en soucie ? Timbaland a eu son chèque ; Verizon son coup de pub.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés