Aux Etats-Unis, les chaînes n’ont comme qui dirait plus grand chose à se mettre sous la dent. La grève des scénaristes leur a ôté leur berceau fertile de séries et les oblige à trouver des solutions alternatives. C’est ainsi que la chaîne américaine Sci-Fi a annoncé la production de 13 épisodes de Sanctuary, une série canadienne originellement issue du Web. Bien sûr, Sci-Fi défend « la qualité que [Sanctuary] a réussi à atteindre avec un budget Web » mais on ne peut s’empêcher de penser à la grève des scénaristes qui la pousserait à aller voir ailleurs.

La situation devient finalement ironique. Pendant que studios et scénaristes se chamaillent sur la question des revenus à tirer du Web, le Web investit la télé et touche le pactole. De plus, ce conflit pousse les parties à tourner le regard vers l’objet de litige, Internet, et de l’investir chacune de leur côté en se passant de l’autre : les studios en y tirant leur matière première, les scénaristes en y diffusant leurs écrits ou montant leurs start-ups de distribution numérique.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés