Les créateurs russes de AllofMP3 ont montré une voie à suivre pour ceux qui veulent vendre des contenus culturels sur Internet en ayant d'abord à l'esprit les attentes des consommateurs. C'est ainsi que MP3Fiesta, l'un des remplaçants du site russe, lance ZML, un site de VOD qui suit exactement les mêmes préceptes que son aîné...

ZML

Le site de vente de musique en ligne russe AllofMP3.com avait semé la zizanie chez les maisons de disques en proposant des albums au rabais, vendu à un prix indexé sur la qualité d’encodage souhaité par l’utilisateur. Fermé par la Russie sous la pression des autorités américaines qui n’ont pas réussi à faire condamner son fondateur, le site permettait ainsi de télécharger des albums entiers pour moins de 2 euros, en se basant sur la souplesse de la loi russe. Suite à sa fermeture, plusieurs sites alternatifs ont vu le jour sur les cendres de AllofMP3, en imitant le modèle au plus près. MP3Fiesta s’est ainsi imposé comme la nouvelle référence, officiellement sans lien avec son aîné, mais fortement inspiré. Et le site annonce le lancement sur le même modèle de ZML.com, un service de téléchargement de films sur Internet.

ZML permet de télécharger des long-métrages sous différents formats (iPod, PDA, DVD, DivX…), de 1,99 $ pour la version mobile à 4,99 $ pour une version en qualité DVD de plus de 2,1 Go. La version XviD (en 640 x 272 px) du film Les Simpsons est par exemple proposée à 2,99 $, contre 1,99 $ pour la version hd264 pour iPod (320 x 128 px). Evidemment le tout est fourni sans DRM, de sorte qu’il est possible de transférer les films téléchargés et de les graver sur un DVD en toute liberté. Le catalogue est déjà riche de plus de 3800 références, avec des titres qui peuvent aller du Autant en emporte le vent de 1939 à Spider-man 3. D’après nos observations, aucun « screener » n’est proposé à la vente.

Le tout est bien entendu réalisé sans l’accord des studios de cinéma, qui refusent à la fois l’absence de DRM et ces prix qui concurrencent trop frontalement les vendeurs et loueurs classiques de DVD. Pour se justifier, ZML assure que « tous les contenus présentés sur ce site sont disponibles à la distribution sur Internet conformément à la licence de l’Organisation Russe pour le Multimédia et les Systèmes Numériques (ROMS)« . Une redevance est alors versée à chaque téléchargement pour rémunérer les ayant droits. C’est avec la même société de gestion collective, la ROMS, que AllofMP3 avait justifié sa légalité, depuis reconnue par les tribunaux russes, pour la Russie. Si l’autorisation vaut pour les clients russes d’un service fourni en Russie, elle ne vaut pas nécessairement pour des clients étrangers que le site viendrait draguer en traduisant ses services en anglais. Pour tenter de se couvrir, ZML prévient donc dans ses conditions générales que « le client n’a pas le droit de télécharger un fichier sur le site si cela viole la loi dans son pays ».

Toute considération juridique mise à part, le site montre certainement la direction vers laquelle devraient aller les services de vente de vidéos en ligne. ZML est riche de fonctionnalités, avec un descriptif précis du contenu, des captures d’écran à profusion du film proposé, des tags sur tous les contenus, acteurs, réalisateurs, etc. Il offre une navigation efficace et un modèle tarifaire qui ne semble ni trop élevé (parce qu’il s’agit bien ici d’une vraie vente grâce à l’absence de DRM) ni déraisonnablement bas pour financer la filière. De plus, ce prix est fonction de la valeur ajoutée souhaitée par le consommateur, entre une version non compressée en qualité DVD et une version de piètre qualité pour PDA ou iPod. Il offre une souplesse maximale aux clients car il sait très bien que les mêmes contenus sont disponibles gratuitement, dans leur meilleure qualité, sur les réseaux P2P.

Qu’il soit ou non légal n’est finalement pas le plus important. ZML montre ici la voie pour ceux qui veulent vendre des vidéos sur Internet. Parions cependant qu’il sera vite menacé par les industries du cinéma qui voudront le faire fermer au plus vite.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés