La ministre de la Culture Christine Albanel s’était d’abord déclarée favorable à un « ajustement de quelques euros » de la redevance TV, avant de faire marche arrière après les remontrances de l’Elysée et de Matignon (chose dont elle devient coutumière ; on comprend mieux qu’elle ne soit restée que deux semaines porte parole du gouvernement Fillon). C’est finalement par la voie de la commission des Affaires culturelles de l’Assemblée nationale que le prix de la redevance télévision pourrait être augmentée.

Saisie pour avis du budget « médias », la commission des Affaires culturelles a adopté mercredi un passage de 116 à 118 euros du prix de la redevance payée par les contribuables en Métropole, et de 74 à 75 euros outre-mer. L’auteur de l’amendement, Christian Kert (UMP) estime que ces augmentations généreront un apport annuel brut de 40 millions d’euros en faveur de l’audiovisuel public.

« La redevance s’élève à 116 euros en France, 204 euros en Allemagne, 195 euros en Grande-Bretagne, 324 euros en Autriche. Seule l’Italie a un taux de redevance plus bas que le nôtre, et l’on sait la place qu’occupe la publicité sur la télévision publique italienne« , a expliqué celui qui est aussi le rapporteur de la commission. Face aux rétiences du président de la commission Pierre Méhaignerie qui demande à France Télévisions avant tout une meilleure gestion, le député Pierre-Christophe Baguet a souligné qu’il devait s’agir là d’un signe du Parlement, qui « pourrait ensuite être plus exigeant quant au contenu des programmes de France Télévisions« . Le socialiste Patrick Bloche, quant à lui, a souhaité que l’augmentation serve à financer « la création ».

Reste à voir si l’amendement demandé par France Télévisions sera adopté en séance par les députés, alors que le gouvernement a réitéré à plusieurs reprises sa volonté de ne pas alourdir les prélèvements fiscaux, conformément aux engagements de Nicolas Sarkozy pris pendant sa campagne.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés