NapsterPrès de 10 ans après son arrivée sur les écrans, Napster continue de faire couler l’encre judiciaire. L’allemand Bertelsmann, qui avait commis l’outrecuidance d’investir dans Napster pour en faire un service légal et profiter de ses millions d’utilisateurs, vient en effet à nouveau de régler à l’amiable une plainte déposée par ses pairs. Après Universal en septembre 2006, EMI en mars 2007 et Warner en avril, c’est la National Music Publishers Association (NMPA), pendant de la RIAA pour les éditeurs, qui accepte finalement de laisser ses griefs de côté.

Pour faire oublier son péché, Bertelsmann (maison mère de BMG) aurait réglé 130 millions de dollars à l’Association des éditeurs de musique américaines. Universal avait exigé 61 millions de dollars pour oublier l’affaire, Warner Music 110 millions de dollars, et EMI entre 50 et 150 millions de dollars. Tous avaient porté plainte en 2003 contre Bertelsmann. L’allemand avait prêté 85 millions de dollars à Napster pour développer l’axe légal du service, mais sans exiger de fermeture du réseau P2P en attendant la mise en place de filtres. Le cartel des maisons de disques y avait alors vu une aide substantielle au piratage, et avait poursuivi la maison mère de BMG.

Au total, l’investissement aura donc coûté à Bertelsmann ente 436 et 536 millions de dollars. Pour rien.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés