En 2005, le dernier épisode de Star Wars affichait des revenus impressionnants, cela malgré le fait qu’il se soit retrouvé sur le peer-to-peer avant même sa sortie. Même chose pour la dernière production de Michael Moore, qui s’est très bien défendue dans les salles. Et l’histoire se répète à nouveau pour The Simpsons.

Le film, qui s’est retrouvé largement disponible en téléchargement la semaine dernière (notamment sur Veoh), explose le box office aux Etats-Unis avec ses 74 millions de dollars de chiffre depuis sa sortie. En fait, ce fut autant un succès dans les salles que sur le peer-to-peer, The Pirate Bay s’étant même transformé en « Evergreen Bay » en l’honneur des Simpsons (l’adresse de notre famille déjantée est le 742 Evergreen Terrace).

On connaît la peur d’Hollywood vis à vis du piratage, les producteurs ayant même poussé le vice jusqu’à infliger comme punition à Bart « je ne téléchargerai pas illégalement ce film ». Pourtant, force est de constater que le téléchargement illégal n’est pas inversement proportionnel aux chiffres en salle, mais suit au contraire la même envolée. On pourrait même se demander si il ne le gonflerait pas grâce à la publicité qu’il engendre autour.

Dans de telles conditions, il devient difficile de croire au refrain de la MPAA, qui n’hésite pas à avancer des milliards de chiffres de perte. Il serait peut être temps aux studios de se rendre compte que la gratuité ne tue pas un film.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés