Prince n’est pas seulement connu pour ses talents de compositeur hors pair. C’est aussi un des premiers musicien signé sur une major à leur avoir tourné le dos, en décidant notamment de distribuer gratuitement sa musique plutôt que de se plier à leurs exigences. La star mondiale renouvelle l’initiative, en s’associant avec le Sunday pour offrir aux lecteurs son dernier album en MP3.

Sauf que cela est loin de plaire à tout le monde. Patrick Goldstein, l’auteur d’une tribune vantant les mérites de l’action s’est ainsi vu censuré par le Los Angeles Time, journal pour lequel il publie régulièrement.

Goldstein présente l’alliance du Sunday avec Prince comme l’avenir de la presse, un avenir qui passerait par la distribution de musique libre. Il propose un modèle économique dans lequel la presse distribuerait régulièrement des CDs gratuits, favorisant ainsi les abonnements et positionnant le quotidien comme un « faiseur de goûts ». La rémunération des musiciens ne viendrait pas directement du journal, comme ce fut le cas pour Prince, mais d’un sponsor allié au deal afin que tout le monde y gagne.

Il ne fait aucun doute que le journal, implanté dans une ville où réside une bonne partie de l’industrie du disque américaine, ait vu d’un mauvais oeil la publication d’un article intitulé « Comment vous voudrez un jour ramasser ce journal avec un CD gratuit ou un fichier MP3 d’un de vos musiciens favoris ». N’effrayons pas les majors déjà suffisamment traumatisées comme ça avec le concept de gratuité.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés