On n’y pense pas assez. Que faites-vous en allant au cinéma voir un film ? Pour beaucoup d’entre vous, un passage au rayon « stand à pop-corn » s’impose avant d’entrer en salle. Aux Etats-Unis probablement plus qu’en France. Or le pop-corn, comme chacun le sait, est fabriqué à base de maïs. Lequel maïs est produit durement par des agriculteurs producteurs de maïs. Or si le piratage se développe et que les consommateurs se rendent moins dans les salles de cinéma, ils mangent moins de pop-corn. Au final, ce sont les producteurs de maïs qui en patissent. CQFD.

Ce raisonnement a été très sérieusement tenu par NBC Universal devant la Commission Fédérale des Communications (FCC) aux Etats-Unis pour plaider la cause de l’abandon de la neutralité du net. Le studio veut forcer les fournisseurs d’accès à collaborer pour filtrer ce qui passe dans leurs tuyaux et bloquer les transferts de contenus piratés. « A cause de notre économie nationale interdépendante, les deux tiers des pertes de revenus et des pertes d’emplois sont causés dans des industries autres que la production cinématographique« , a ainsi expliqué la NBC. Par exemple, « en l’absence de piratage de films, les revendeurs de vidéos vendraient et loueraient plus de titre. Les salles de cinéma vendraient davantage de tickets et de pop corn. Les producteurs de maïs feraient davantage de bénéfice et achèteraient davantage de machines agricoles« . Implacable.

Il faudrait cependant que l’industrie du cinéma relativise son poids dans l’économie. Selon le Bureau du Popcorn (si si, ça existe…), 70 % du maïs soufflé serait consommé dans les foyers, et les 30 autres pourcents se divisent en de multiples lieux, dont le cinéma et les stades de sport. Et le marché du maïs dans son ensemble ne s’est jamais aussi porté, avec un cours qui a presque doublé en un an aux Etats-Unis.

Il faudra trouver autre chose. Les fabricants de sièges peut-être ?

Pour info, l’évolution des ventes de popcorn non soufflé aux Etats-Unis (parce qu’il est important d’être précis…)  :

1970 353,000,000 1981 600,000,000 1992 1,124,600,000
1971 363,000,000 1982 611,000,000 1993 1,158,000,000
1972 372,000,000 1983 618,000,000 1994 1,080,760,000
1973 383,000,000 1984 630,000,000 1995 1,025,000,000
1974 401,000,000 1985 670,000,000 1996 1,068,255,000
1975 393,000,000 1986 700,000,000 1997 1,059,100,000
1976 415,000,000 1987 741,000,000 1998 934,132,810
1977 450,000,000 1988 807,000,000 1999 938,100,156
1978 486,000,000 1989 872,000,000 2000 979,910,286
1979 520,000,000 1990 938,000,000 2001 1,038,481,689
1980 568,000,000 1991 1,031,800,000 2002 1,040,901,135

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés