Tout comme YouTube avec les vidéos, MySpace a gagné son succès en permettant aux membres de sa communauté de diffuser de la musique sans s’inquiéter des problématiques de droits d’auteur. Mais la fête est finie. Sous la pression notamment d’Universal, le géant du réseau social annonce qu’il a signé un accord avec Gracenote, qui sera en charge d’identifier et de bloquer proactivement les chansons protégées, c’est-à-dire dès avant leur mise en ligne. Cette décision, dont le calendrier d’application n’a pas été précisé, devrait calmer les tensions avec les maisons de disques, mais surtout porter un coup à la réputation de MySpace. Elle suit une autre décision récente, sans aucun doute complémentaire, de permettre aux artistes de diffuser et de vendre eux-mêmes leur musique sans DRM sur MySpace.
Ironiquement, c’est Snocap qui a été choisi pour la vente des morceaux, mais pas pour le filtrage confié à Gracenote. La société fondée par le créateur de Napster avait pourtant comme principal objet le filtrage des chansons protégées par le droit d’auteur.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés