L'entreprise japonaise DeNA a annoncé aujourd'hui ses premiers tests pour un taxi partagé robotisé à destination des seniors.

En avril une équipe d’urbanistes et de data analysts de l’International Transport Forum a étudié le trafic à Lisbonne, selon un modèle où ne circulaient que des voitures personnelles (AutoVot) et des taxis partagés robotisés (TaxiBot). Les résultats sont impressionnants : les TaxiBot permettraient selon leur modélisation de réduire de 90 % la circulation et de faire presque disparaître les espaces de parking, réduisant ainsi significativement les coûts de construction dans les grandes villes.

Leur rêve pourrait devenir réalité plus vite que prévu avec l’annonce faite par DeNA, un éditeur japonais de jeux vidéos tournée également vers les technologies innovantes, de la mise en circulation de ses premiers Robot Taxi à Kanagawa, au Sud de Tokyo. Il s’agit de tester des taxis sans chauffeurs, sur demande, capables d’optimiser leurs trajets et leur nombre d’utilisateurs.

Les tests commencent dès aujourd’hui avec un groupe de cinquante personnes qui se déplaceront dans un Robot Taxi, tout de même accompagnées d’un chauffeur humain par mesure de sécurité. DeNA a pour ambition d’équiper le Japon de voitures robotisées d’ici aux Jeux Olympiques de Tokyo en 2020, mais le principal obstacle reste la méfiance envers des technologies encore balbutiantes, qui demandent à faire confiance à une intelligence artificielle.

DeNA a toutefois un avantage culturel sur ses concurrents Google, Uber et Apple, mais aussi BMW, Mercedes, Toyota, Tesla, Audi, Volvo et Delphi, tous lancés dans la course à la voiture sans chauffeur. Le marché japonais a une image beaucoup plus rassurante des robots qu’une culture occidentale nourrie à la Guerre des Mondes et à Terminator. D’autant que DeNA mise sur le vieillissement de la population japonaise, qui a atteint un record de 60,000 centenaires le mois dernier. Cette cible est inattendue, quand les concurrents s’adressent surtout aux jeunes mordus de technologie et actifs ultra-connectés. Mais elle permettrait de répondre aux problèmes d’isolement et de mobilité des personnes âgées, en leur permettant un transport rapide, efficace et innovant.

Partager sur les réseaux sociaux

Plus de vidéos