Testé dans plusieurs régions du monde, le projet Loon va faire ses débuts au Sri Lanka. Google a signé un accord avec le Sri Lanka pour déployer dans les mois qui viennent des ballons atmosphériques qui fourniront un accès à Internet sur l'ensemble de l'île.

C'est donc au Sri Lanka que le projet Loon va faire ses débuts auprès du grand public. Les autorités de ce petit pays situé au large de l'Inde ont en effet signé un accord avec Google autorisant le déploiement des premiers ballons stratosphériques au cours des prochains mois. Dans ce cadre, l'objectif affiché du gouvernement est de couvrir la totalité de l'île, soit une superficie de 65 610 km².

L'accès à Internet ne sera pas gratuit. Interrogé par l'AFP, le ministre Mangala Samaraweera, qui est responsable des télécoms, explique que la connexion sera en "haut débit" et proposée à un prix "abordable". Aucune indication chiffrée n'est donnée, mais l'on sait via des tests effectués avec les ballons du projet Loon que les débits peuvent au moins aller jusqu'à 22 Mbit/s dans certaines circonstances.

Le Sri Lanka a une population estimée à 22 millions d'habitants mais rares sont ceux qui ont une connexion à l'Internet mobile (les chiffres officiels évoquent 2,8 millions de lignes) ou à l'Internet fixe (les estimations parlent de 606 000 abonnés).

APPORTER INTERNET LÀ OÙ LE RÉSEAU EST ABSENT

Promu par Google, le projet Loon a été dévoilé en 2013. Son but est de fournir une solution pour étendre l'accès à Internet dans des régions du monde qui ne bénéficient pas des bonnes infrastructures adéquates. Pour cela, la firme de Mountain View mise sur des ballons déployés dans l'atmosphère, à très haute altitude (au-dessus des couloirs aériens empruntés par les avions), pour être en mesure de couvrir de larges zones.

Afin que le projet soit viable, il faut que le stationnement en vol de chaque ballon dure suffisamment longtemps. Selon Google, les modèles actuels sont capables de tenir une centaine de jours. La société dit aussi avoir réduit significativement le délai de conception de chaque nouveau ballon et musclé sa capacité d'envoi (jusqu'à une douzaine par jour).

Concernant le Sri Lanka, le déploiement des ballons devrait s'achever d'ici mars 2016. Mais le réseau sera vraisemblablement activé en partie avant cette date.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés