L'utilisation de Messenger ne nécessite plus d'avoir un compte Facebook. Le réseau social a en effet déployé une mise à jour qui permet d'utiliser le service de messagerie instantanée sans avoir besoin de s'identifier avec son profil sur le réseau social. La fonctionnalité est pour l'instant limitée à une poignée de pays.

L'autonomisation de Facebook Messenger prend de l'ampleur. Jusqu'à présent étroitement lié au réseau social américain, le service de messagerie instantanée peut désormais accueillir des utilisateurs qui n'ont aucun compte sur le site communautaire. En effet, une mise à jour de l'application permet depuis peu de se connecter à Messenger sans avoir besoin de passer par Facebook.

Pour l'instant, la possibilité d'accéder au logiciel sans s'identifier avec son profil Facebook est réservée à quatre pays : États-Unis, Canada, Pérou et Venezuela. D'autres pays suivront par la suite, indique le réseau social, mais sans dire lesquels ni quand.

Confronté à la concurrence des messages instantanées comme WhatsApp (qu'il a racheté) ou Snapchat (qui est resté indépendant), Facebook a riposté l'an dernier en retirant sa messagerie interne de son application mobile principale pour en faire un programme autonome. Il s'agissait alors d'aller rivaliser sur le terrain de ces services, en misant sur la marque Facebook.

Cette logique se poursuit aujourd'hui avec le desserrage des liens entre Messenger et Facebook, avec cette fois la volonté d'atteindre des internautes qui ne sont pas sur Facebook. Car le réseau social, même s'il affiche des statistiques phénoménales de fréquentation, est loin d'avoir conquis tout le monde. C'est donc à eux que s'adresse cette fonctionnalité.

Ceux qui souhaiteront découvrir Messenger sans avoir besoin de compte Facebook doivent savoir que leur numéro de téléphone portable sera demandé au moment de l'inscription. Le site explique que cette information, qui sera donc collectée et conservée, lui permettra de savoir quels sont les contacts que le nouvel inscrit pourra joindre.

Il reste désormais à voir comment la stratégie de Facebook avec Messenger va s'articuler avec WhatsApp, qui fournit un service identique et qui, de fait, rivalise avec lui.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés