Les voitures autonomes vont pouvoir être testées sur la voie publique au Royaume-Uni, mais dans des conditions d'encadrement strictes. En France, la mise en circulation de ces véhicules est aussi prévue pour cette année

Le Royaume-Uni vient de faire un pas décisif en direction des voitures autonomes. En effet, les autorités britanniques ont autorisé ce mercredi l'industrie automobile à poursuivre leurs tests directement sur la voie publique. Ce feu vert a été accordé après un examen de six mois visant à déterminer si le pays est prêt à recevoir ces véhicules d'un genre nouveau.

L'annonce effectuée par le département des transports d'une part et le département des affaires, de l'innovation et du savoir-faire d'autre part permet à la Grande-Bretagne de tenir le calendrier qui avait été mentionné il y a six mois. Mais il faudra toutefois patienter encore deux avant de voir des automobiles autonomes plus élaborées circulant sur une portion du réseau routier plus conséquente.

Comme le note The Verge, les engins tiendront plus de la petite navette autonome que de la vraie voiture : seul un petit nombre de ces véhicules sera mis en circulation, sur des voies déterminées avec une vitesse bridée. Le grand public ne pourra pas conduire avec et un conducteur avec le permis devra toujours être derrière le volant afin d'être prêt à reprendre le contrôle en cas de problème.

En France, la mise en circulation des premières voitures autonomes sur la voie publique est aussi envisagée pour cette année. C'est en tout cas l'échéance qui a été fixée par le cinquième comité de pilotage de la Nouvelle France industrielle, avec une feuille de route prévoyant une expérimentation entre 2015 et 2020, avant de lancer la phase de la commercialisation.

La transition se fera progressivement, avec l'arrivée des voitures à "conduite déléguée" dans un premier temps, puis avec l'apparition des automobiles de plus en plus autonomes.

Partager sur les réseaux sociaux

Plus de vidéos