Carlos Ghosn a confirmé mardi que Nissan vendrait des voitures autonomes, pilotées par ordinateur, d'ici 2020. La technologie devrait en toute logique profiter aussi à Renault.

Ce n'est qu'une demi surprise puisque Renault avait déjà révélé à Numerama qu'il jugeait possible la vente de voitures autonomes entre 2015 et 2018. Mais les annonces du groupe sont désormais concrètes. Nissan, qui forme avec son partenaire Renault le troisième groupe automobile mondial derrière GM et Volkswagen, a en effet annoncé mardi qu'il vendrait des voitures autopilotées d'ici 2020 au plus tard. La date butoir est celle qui avait déjà été indiquée par les constructeurs japonais l'an dernier.

Selon CNBC, c'est Carlos Ghosn en personne qui devait officialiser l'annonce lors d'une conférence de presse organisée en Californie à l'occasion des 80 ans du constructeur, mais il a dû annuler sa participation au dernier moment. Le patron de Renault-Nissan a toutefois fait parvenir un communiqué de presse.

"En 2007, j'ai promis que, d'ici 2010, Nissan commercialiserait un véhicule à zéro émission. Aujourd'hui, la Nissan LEAF est le véhicule électrique le plus vendu dans l'histoire", a-t-il rappelé. "Maintenant, je m'engage à être prêt à lancer une nouvelle technologie révolutionnaire, Autonomous Drive, d'ici 2020, et nous sommes sur la bonne voie pour y parvenir".

L'un des vices-présidents de Nissan, Andy Palmer, a précisé que Nissan travaillait avec plusieurs universités à travers le monde (Stanford, MIT, Oxford, Carnegie Mellon, Tokyo…) pour mettre au point la technologie, qui n'emploiera pas les services de Google, en pointe sur le domaine.

Le constructeur a même mis en place un circuit d'essais spécifique au Japon, pour tester tous les problèmes concrets auxquelles les voitures connectées devront faire face lorsqu'elles seront conduites par un logiciel. Il a par ailleurs indiqué que le surcoût de la technologie employée pour les voitures autonomes ne serait "que" de 1000 dollars pour une berline de luxe, ce qui n'est pas surprenant lorsque l'on voit que les voitures actuelles sont déjà capables de tourner le volant pour corriger une trajectoire, garer la voiture en mode automatique, allumer les phares lorsqu'il fait nuit, etc. 

Outre Google, Nissan n'est pas le seul constructeur à avoir déjà annoncé la commercialisation future de voitures autonomes. Ford, Volvo, Toyota, ou General Motors n'ont pas caché leurs ambitions. A terme, tous les constructeurs le proposeront.

Ne restera plus aux gouvernements et aux assurances qu'à autoriser la circulation de tels véhicules.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés