Qwant élabore un moteur de recherche destiné aux enfants de 3 à 12 ans. Baptisé Qwant Junior, il a vocation à être la porte d'entrée des jeunes internautes lorsqu'ils surfent sur le net à l'école. De ce fait, le moteur de recherche filtre de nombreux résultats afin de ne proposer que des sites approuvés. Qwant Junior sera déployé à partir de 2015.

Google n'est pas le seul à s'intéresser aux enfants. En France, la société Qwant souhaite aussi développer des services adaptés aux internautes en bas âge. Parmi eux figure un moteur de recherche dont les résultats sont filtrés afin de convenir à des jeunes allant de 3 à 12 ans. Baptisé Qwant Junior, ce projet – encore en version bêta – doit être officiellement lancé l'année prochaine.

Qwant Junior n'a pas vocation à remplacer le rôle des parents, dont la présence reste indispensable lorsque leur progéniture surfe sur la toile. Officiellement, il s'agit de proposer un moteur de recherche adapté au cadre scolaire. L'initiative a en tout cas convaincu le gouvernement, puisqu'elle a reçu le soutien de la ministre de l'éducation nationale, lors d'un déplacement au salon Educatec – Educatice.

Dans un premier temps, "Qwant Junior sera expérimenté dans des écoles sélectionnées à partir de janvier 2015", explique Najat Vallaud-Belkacem. Le test sera ensuite progressivement étendu à d'autres établissements, en fonction des retours obtenus. "La finalité de ce projet est de sensibiliser les élèves aux bons usages d'Internet", ajoute-t-elle, sans préciser quels sont ces bons usages.

L'on peut penser que ces bonnes pratiques sont celles qui sont mises en avant pour le permis Internet qui est délivré aux élèves de CM2, avec le concours de la gendarmerie nationale et de l'assureur AXA. Un site web dédié existe. Dans celui-ci, des conseils sont prodigués sur la protection de la vie privée, le respect des internautes, la nécessité de ne pas croire tout ce qui est sur le net, et ainsi de suite.

Vu le public visé, Qwant Junior offrira une version aseptisée du web. Une liste noire des "sites inappropriés" permet d'éjecter nombre de sites web promouvant la pornographie et la violence. Ce filtre est associé à une liste blanche rassemblant les sites institutionnels, les chaînes thématiques certifiées et plus généralement l'ensemble des sites recommandés par l'éducation nationale.

"Nous avons aussi retiré toutes formes de publicités et de produits marchands", ajoute Qwant, qui précise dans une formule hasardeuse que "les enfants n’auront accès qu’aux résultats de l’Internet". Plus exactement, les enfants n'auront accès qu'à certains résultats du web.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés