Orange est entré en contact avec deux banques afin d'évaluer l'hypothèse d'un rachat de Bouygues Telecom. L'opération, si elle se fait, pourrait coûter 6 milliards d'euros. Elle entraînerait également un retour du marché à trois opérateurs.

Le scénario imaginé par le ministère de l'économie et des finances concernant Bouygues Telecom va-t-il devenir réalité ? En tout cas, Orange n'est manifestement pas opposé par principe au rachat du troisième opérateur de téléphonie mobile français. En effet, l'agence Reuters signale que l'opérateur historique a mandaté deux banques, Lazard et le Crédit suisse, pour étudier cette option.

Le scénario de Bercy, que nous évoquions mercredi dans nos colonnes, consiste à organiser le découpage de Bouygues Telecom. Dans un premier temps, Orange achèterait son rival. Ensuite, il céderait certaines parties (fréquences, réseau mobile) utiles à Free, afin d'éviter le feu rouge de l'autorité de la concurrence. En échange, Free s'engagerait à faire un effort significatif dans la fibre optique (plan très haut débit).

"Les deux parties ne négocient pas activement pour le moment mais les discussions sont toutefois réelles et l'opération est une évidence pour Orange s'il parvient à la mener à bien. Les synergies potentielles sont énormes", selon une source en contact avec Reuters. Le montant de l'opération pourrait s'élever à 6 milliards d'euros, si celle-ci arrive à son terme.

Le dépeçage de Bouygues Telecom permettrait à un retour à trois opérateurs, un objectif souhaité aussi bien par Orange que par le gouvernement, ce dernier ayant les yeux rivés sur la 5G et le très haut débit. En outre, Free récupéreraient des fréquences et un réseau mobile qui le renforceraient significativement face à l'opérateur historique et au futur groupe réunissant Numericable et SFR.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés