IBM s'est associé à National Geographic Kids pour imprimer une couverture de magazine à l'échelle nanométrique. 2000 de ces couvertures pourraient tenir sur un seul grain de sel.

Alors que l'impression 3D fait progressivement son chemin vers le grand public avec des imprimantes 3D qui accumulent des couches de plastique de quelques dizaines de microns d'épaisseur, l'industrie de pointe travaille sur des imprimantes à l'échelle nanométrique. Nous avions ainsi vu l'an dernier l'imprimante allemande de Nanoscribe, qui avait pu dessiner un vaisseau spatial à peine plus épais qu'un cheveu. De son côté, IBM a établi un nouveau record en partenariat avec l'édition pour enfants du magazine National Geographic.

Grâce à un minuscule burin 100 000 fois plus petit qu'une pointe de rayon aiguisée, dotée d'une pointe chauffante de silicium, la firme a pu imprimer (ou plutôt graver) une reproduction de la couverture d'un magazine sur une surface de seulement 11 x 14 micromètres. Selon IBM, un grain de sel pourrait contenir 2000 de ces reproductions de couverture :

"La pointe d’une longueur de 500 nanomètres est attachée à un levier flexible qui scanne de manière contrôlée la surface du substrat, ici un polymère, avec la précision du nanomètre, ce qui correspond à un millionième de millimètre", explique IBM. "La pointe peut tailler le matériau du substrat à partir de motifs prédéfinis en y appliquant localement pression et chaleur, opérant ainsi comme une « nano-fraiseuse » ou une imprimante 3D à très haute précision".

Si l'impression d'une couverture de magazine ne présente aucun autre intérêt que ludique, la technologie promet en revanche de multiples applications industrielles très utiles, comme la réalisation de transistors à effet tunnel qui permettront la conception de processeurs ultra-rapides. La firme américaine annonce à cet égard son intention d'utiliser la technologie pour mettre au point des transistors à base de graphène, dès cette année.

La société suisse SwissLitho a acheté une licence de la technologie d'IBM, et commercialise depuis 2013 son imprimante NanoFrazor, "développée pour les chercheurs qui souhaitent avoir un accès facile et rapide à des géométries de haute résolution de quasiment n'importe quel type à l'échelle nanométrique". 

Partager sur les réseaux sociaux

Plus de vidéos