La France va offrir des visas en procédure accélérée pour les développeurs étrangers qui souhaitent venir travailler sur le territoire. Les talents issus de Chine, de Russie et d'Inde sont particulièrement recherchés.

La France, l'Europe et même les Etats-Unis manquent cruellement de développeurs de talent. C'est ce constat sur le nombre incroyable d'offres d'emploi insatisfaites qui est à l'origine d'initiatives comme Code.org, d'appels constants à enseigner la programmation à l'école, ou de la création en France par Xavier Niel de l'école gratuite 42, destinée à former une nouvelle élite de développeurs.

Mais en attendant que le système scolaire et universitaire réussisse à fournir suffisamment de développeurs, les entreprises doivent trouver des solutions alternatives. C'est dans cet esprit que la nouvelle secrétaire d'Etat au numérique Axelle Lemaire a indiqué au Journal du Dimanche qu'elle pourrait proposer de faciliter la délivrance de visas de travail pour les développeurs étrangers qui souhaitent intégrer une entreprise établie en France.

Il s'agirait d'un "outil parmi d'autres, qui doit s'insérer dans une appréhension plus globale de notre politique d'attractivité", a-t-elle expliqué au JDD, en précisant que la procédure pourrait "entrer dans le cadre du 'visa entrepreneur' ou du 'passeport talents' annoncé par le président de la République en février".

Actuellement, la France permet aux étrangers de bénéficier d'une carte de séjour "compétences et talents", accordée pour trois ans à ceux qui justifient d'un projet qui participe "au développement économique ou au développement de l'aménagement du territoire de la France et de votre pays d'origine", ou "au rayonnement, notamment intellectuel, scientifique, culturel, humanitaire ou sportif de la France et de votre pays". Annoncé en début d'année, le "passeport talents" a une durée de quatre ans, et peut être accordé aux jeunes diplômés qualifiés, chercheurs, investisseurs, mandataires sociaux et travailleurs hautement qualifiés. "Donc possiblement aux programmeurs", prévient Axelle Lemaire.

L'idée d'utiliser ce "passeport talents" pour les développeurs est issue du rapport remis le mois dernier par Tariq Krim, qui parlait d'attirer les développeurs russes, chinois et indiens  :

Le Président de la République a annoncé la mise en place prochaine d’un "visa entrepreneur" en   vue d’inciter les entrepreneurs étrangers à s’implanter en France. Destiné aux talents étrangers   porteurs d’un projet innovant, ce titre de séjour délivré sous condition d’investissement minimal   et d’une expertise préalable, bénéficiera d’une procédure accélérée avec des justificatifs   simplifiés en préfecture ou dans les consulats. Plusieurs pays ont mis en place ce type de “start-up visa".

Un dispositif du même type pourrait être mis en place mais à destination, cette fois, des ingénieurs et développeurs étrangers. Il permettrait d'attirer en France l'immigration hautement qualifiée que représentent ces milliers d'ingénieurs, Chinois, Russes ou encore Indiens qui ne parviennent pas aujourd’hui à obtenir de visas pour les États-Unis.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés