Avec son école de programmation 42, fondée avec Nicolas Sadirac qui avait déjà créé Epitech, Xavier Niel veut bouleverser un "système français qui ne marche pas", en créant une école entièrement gratuite où l'enseignement ne se fait plus uniquement de façon pyramidale entre professeurs et élèves.

On connaît désormais son nom. L'école de programmation lancée par Xavier Niel et d'anciens cadres dirigeants d'Epitech s'appellera 42, en hommage à la référence geek du Guide du voyageur galactique où 42 est la réponse à la "grande question sur la vie, l'univers et le reste". Comme nous le rapportions hier, l'école de Xavier Niel sera gratuite et réservée à 1000 étudiants sélectionnés après une première entrée de 3 à 4000 candidats qui devront faire leurs preuves. 

Selon le site internet de l'école, brièvement ouvert ce matin et dont les informations ont été reprises par Univers Freebox, 42 se veut être "la seule école d’informatique entièrement gratuite et peer-to-peer", et sera "en décalage et même en désaccord avec le système d’enseignement classique qui reproduit à l’infini son propre modèle de cooptation sociale (bac, prépa, école d’ingénieurs…) et broie les individualités, sources de diversité et de richesses".

Pour entrer dans l'école de Xavier Niel, il ne faudra pas montrer de diplôme. Tous les cursus seront acceptés, pourvu que les candidats aient entre 18 et 30 ans. 

"Je travaille dans l’Internet depuis 20 ans. Et depuis 20 ans le principal problème de mon métier est toujours le même : Comment recruter des talents, comment trouver les développeurs dont nous avons besoin pour concevoir les logiciels qui vont nous permettre de créer des produits innovants", explique Xavier Niel. "Aujourd’hui, le système français ne marche pas. Il est coincé entre d’une part l’université, qui propose une formation pas toujours adaptée aux besoins des entreprises mais qui est gratuite et accessible au plus grand nombre, et d’autre part les écoles privées, chères, dont la formation est assez qualitative mais laisse sur le côté de la route le plus grand nombre de talents, voire de génies, que nous pourrions trouver en France".

"Modifier le système, c’est d’abord apporter une formation différente qui ne repose plus sur les choses classiques que l’on voit depuis toujours, c’est à dire un professeur et des élèves, qui s’ennuient, qui en ont marre. Le système éducatif ne marche pas. On peut être en échec scolaire et pourtant correspondre à ce qui est un génie en informatique. On peut ne pas avoir le bac et pourtant devenir le développeur le plus brillant de sa génération."

"Notre deuxième volonté est de supprimer la barrière financière et d’accepter à la fois tout le monde, avec ou sans diplôme, et de faire une école entièrement gratuite. Cette école est basée à Paris aujourd’hui. Elle accueillera un grand nombre de jeunes".

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés