Paramount a fait fermer un compte Twitter qui diffusait toutes les 20 minutes une seule image de Top Gun. Il aurait fallu 6 ans pour que le film sorti en 1986 soit intégralement copié. Ou comment la défense d'un droit d'auteur devient totalement contre-productive pour la défense du droit d'auteur.

Etait-ce réellement une exploitation qui créait pour Paramount un préjudice tel qu'il justifiait de mettre fin à cette idée aussi originale qu'absurde ? Le studio hollywoodien a obtenu de Twitter qu'il ferme le compte d'un fan de Top Gun, qui avait réalisé un script qui publiait toutes les 20 minutes sur ce compte Twitter une image du film qui a rendu Tom Cruise célèbre dans le monde entier, en 1986.

Le film ayant une durée de 110 minutes avec 24 images par seconde, il aurait fallu 158 400 messages pour couvrir l'intégralité du film. L'opération entière, qui avait débuté le 23 janvier, aurait donc pris 6 années pour être complète. Elle aurait été achevée en 2020, soit 34 ans après la sortie du film.

"Personne n'est autorisé à copier, reproduire, distribuer ou utiliser d'une quelconque autre manière Top Gun sans l'autorisation expresse de Paramount", dit la plainte envoyée par le studio à Twitter, et relayée par TorrentFreak. "Néanmoins, il a été porté à notre attention le fait qu'un utilisateur de votre site web, @555uhz, distribuait le film Top Gun, image par image (…) Nous vous demandons de supprimer immédiatement toutes les images de Top Gun du site web en lien avec le compte @555uhz".

Mardi, le compte @555uhz affichait encore 5 200 abonnés. Aujourd'hui, le compte est suspendu :

Bien sûr, la demande de fermeture de ce compte Twitter est absurde. Mais elle est surtout incroyablement stupide pour la défense même des droits d'auteur.

Comment les ayants droit du cinéma entendent-ils défendre la légitimité du droit d'auteur s'ils en abusent à ce point, en s'attaquant à leurs propres fans qui "exploitent" leurs films d'une manière qui ne porte strictement aucun préjudice à l'exploitation normale du film ? Comment peut-on faire respecter un semblant de hiérarchie des actes de contrefaçon, lorsque l'on traite sur un même plan l'internaute qui diffuse un lien permettant de télécharger gratuitement Top Gun sur BitTorrent en quelques minutes, et celui qui se propose de mettre 6 ans à en diffuser toutes les images sur un compte Twitter que personne ne prend le temps de regarder message après message ? 

Le droit d'auteur ne peut pas être compris et accepté par le public s'il sert à faire payer des oeuvres dont les auteurs sont morts depuis très longtemps, au détriment de la nécessaire valorisation des oeuvres plus récentes, ou s'il est utilisé pour anéantir certaines formes d'expressions.

Les cas de "Copyright Madness" que nous publions chaque samedi ne sont pas là pour dénoncer le droit d'auteur en lui-même et pour en demander la suppression, mais bien pour en dénoncer les excès qui sont le propre ennemi du droit d'auteur.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés