Alors que la police française peine à y trouver ses marques, la Gendarmerie a décidé d'imiter totalement la police espagnole en utilisant Twitter avec un mélange de sérieux et d'humour qui lui garantissent un succès d'audience, nécessaire pour l'efficacité de ses messages de prévention.

Comme la Police Nationale, qui a cependant choisi l'option locale avec une certaine maladresse, la Gendarmerie Nationale a elle-aussi rejoint Twitter pour communiquer plus directement avec les citoyens qu'elle sert, et établir une relation de confiance qui lui permet de faire passer des messages utiles et de recevoir des informations quand elle en a besoin.

S'inspirant de la grande réussite du modèle espagnol, la Gendarmerie utilise Twitter pour diffuser des messages qui lui permettent de faire connaître son action contre la délinquance ou au service de la population locale, ou des messages d'informations utiles. Mais aussi et surtout, pour faire beaucoup de prévention.

Pour ce faire, la Gendarmerie va jusqu'à reprendre l'humour des voisins ibériques en n'hésitant pas, au contraire de la police nationale, à diffuser des tweets amusants qui lui assurent de gagner de précieux "retweets" (rediffusions de ses messages auprès des internautes qui ne suivent pas le compte de la Gendarmerie), et des followers supplémentaires. Une audace payante qui fait rire tout en faisant passer des messages de prévention importants :

Tout n'est pas cependant traité avec humour. Donner aux internautes l'habitude de voir des messages humoristiques ne fait que renforcer l'efficacité d'illustrations choc beaucoup moins drôles, qui sont regardées avec plus d'attention par les "followers" de la Gendarmerie :

Notons aussi que la Gendarmerie s'intéresse de près à la prévention dans le domaine du numérique :

Avec cette communication, le compte Twitter de la Gendarmerie compte déjà plus de 15 000 abonnés (bien aidés par les sketchs du Petit Journal), contre moins de 10 000 pour la police. 

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés