The Pirate Bay travaille sur un web alternatif, où les sites seraient entièrement distribués entre les internautes dans un réseau P2P où les ordres judiciaires de blocage n'auraient pas prise.

Les créateurs du site d'indexation de liens BitTorrent The Pirate Bay ont toujours dit depuis de nombreuses années que ni la justice ni les tentatives de censure ne parviendraient pas à l'éliminer, et force est de constater qu'ils le démontrent jusqu'à aujourd'hui. Malgré de multiples condamnations judiciaires, y compris avec des peines de prison infligées à ses administrateurs, et des ordonnances de blocage qui obligent le site à changer régulièrement de nom de domaine et d'hébergeur, The Pirate Bay reste un site de référence qui continue de fonctionner comme au premier jour.

Mais la pression s'accentue, et il devient de plus en plus difficile pour TPB de déjouer les saisies de noms de domaine ou les mesures de blocage prises ici et là. D'où le souhait de ses administrateurs de renverser la table en créant un nouvel outil technologique qui rendrait toute tentative de censure inopérante, grâce aux technologies P2P qui ont fait sa gloire.

Déjà l'été dernier, The Pirate Bay avait lancé le Pirate Browser, un navigateur qui combine une version personnalisée de Firefox et un client Tor pour contourner les mesures de filtrage mises en place par les FAI sur ordre judiciaire. Il aurait été téléchargé déjà plus de 2,5 millions de fois. Mais The Pirate Bay veut aller beaucoup plus loin, comme il le confie à Torrentfreak.

Des domaines enregistrés avec un compte Bitcoin

Le site travaille actuellement sur un logiciel, qu'il fournira dans plusieurs mois en standalone et sous forme de module Chrome ou Firefox, qui permettra de naviguer sur un web entièrement distribué en Peer-to-Peer (P2P). Plutôt que de télécharger les pages des sites internet depuis un serveur central, comme ce fut le cas pour vous en téléchargeant sur nos serveurs cette page d'article de Numerama, les pages HTML des sites web seront partagées par les internautes eux-mêmes, de façon décentralisée. Les sites internet centraux ne feront que distribuer leurs éventuelles mises à jour, qui seront elles-mêmes partagées par les premiers à les avoir téléchargées. 

Le système reposera en plus sur des noms de domaine gérés via un service DNS en P2P, grâce à l'initiative Dot-P2P qui avait été annoncée dès 2010, et qui semblait depuis être restée au point mort. Concrètement, les sites internet auraient une URL du type bt://monsite.p2p, dont l'ouverture déclencherait sur le réseau P2P le téléchargement du site correspondant.

En 2010, The Pirate Bay cherchait encore la solution pour gérer l'enregistrement des noms de domaine en .P2P. Ils semblent avoir trouvé. Les domaines devront être achetés avec des Bitcoins, en associant un identifiant Bitcoin à un alias (un "nom de domaine") et à une clé publique de type curve25519, unique à chaque site internet partagé sur le réseau. Au bout d'un an, l'enregistrement du domaine sera automatiquement supprimé, sauf si l'association avec le compte Bitcoin est renouvelée.

L'ensemble du projet sera libre et open-source, basé sur des librairies comme Libtorrent, Webkit, SQLite v3 and node-js.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés