À la fin du mois, la Xbox One et la PlayStation 4 débarqueront en Europe. À cette occasion, Numerama publie cette semaine une série d'articles abordant plusieurs thématiques. L'idée ? Comparer les deux consoles de salon, en notant leurs points communs et leurs différences.

La guerre des consoles a officiellement repris aux États-Unis. C’est en effet aujourd’hui que la PlayStation 4 fait ses premiers pas en Amérique, rejoignant ainsi la Wii U, disponible depuis novembre dernier. La Xbox One, pour sa part, fera son entrée en scène le 22 novembre. En Europe, l’attente touche aussi à sa fin : la Xbox One sera mise en vente le 22 novembre et la PS4 le 29 du même mois.

Si trois camps se font face dans cette bataille, c’est la confrontation entre Microsoft et Sony qui sera indéniablement la plus suivie. Quoiqu’on en dise, les deux consoles sont proches. C’est pour cette raison que Numerama publie tout au long de la semaine une série d’articles afin de distinguer leurs points commun mais aussi leurs particularités.

Plusieurs thématiques ont ainsi été passées en revue : le stockage local et en ligne, les jeux vidéo accompagnant la sortie de chaque machine, les options pour jouer à plusieurs (en ligne ou non) et les accessoires disponibles (manettes, casques, volants…) pour la PS4 et la Xbox One. Aujourd’hui, nous allons nous intéresser au multimédia et aux fonctionnalités.

Une Xbox One pensée pour le divertissement

Si l’intérêt premier de la Xbox One est le jeu vidéo, cela fait belle lurette que les constructeurs ont rajouté diverses fonctionnalités. La dernière console de Microsoft n’y échappe pas. Lors de sa conférence, la firme de Redmond avait insisté sur le divertissement et les contenus audiovisuels. Ce qui explique aujourd’hui certaines orientations, comme la présence de OneGuide.

OneGuide est en effet un guide TV qui permet de visualiser les programmes recommandés par la communauté ou par des proches. Basé sur les tendances, celui-ci peut être personnalisé via des chaînes personnelles. La Xbox One peut aussi être connectée au boîtier câble ou satellite pour regarder la télévision via la console. Son ambition de hub numérique est réaffirmée.

Une Xbox One influencée par Windows

L’architecture de la Xbox One s’appuie sur trois systèmes d’exploitation, dont l’un est le noyau Windows. Les choix ergonomiques de l’entreprise américaine pour son dernier O.S. (Windows 8) se retrouvent indirectement dans la Xbox One, avec un écran d’accueil personnalisé dans lequel des applications peuvent être épinglées après avoir été téléchargées.

Le multitâche est possible, par exemple effectuer un appel sur Skype (jusqu’à quatre personnes par communication) et jouer à un jeu vidéo. L’écran sera alors partagé en deux. La navigation sur le web sera aussi permise, via Internet Explorer. Selon Microsoft, le portage d’applications Windows pour la Xbox One sera relativement simple pour les développeurs.

Une Xbox One liée à l’informatique en nuage

Microsoft laisse entendre que l’expérience vidéoludique sera bien plus forte grâce à l’informatique en nuage. « Les jeux hébergés par le cloud offrent de meilleurs performances et neutralisent l’avantage d’être hôte« , écrit ainsi l’entreprise. « Grâce à la puissance du cloud, la Xbox One continue de s’améliorer pour se développer avec vous au fil du temps« . Il est notamment question de graphismes plus poussés.

Selon Microsoft, le Xbox Live s’appuiera sur 300 000 serveurs. Mais la firme n’a pas précisé combien seront des serveurs physiques et non pas seulement virtuels. Outre l’accueil des parties en ligne, ces serveurs seront utiles pour distribuer des contenus téléchargeables, stocker des données (contenus, profil, sauvegardes) ou accéder à des œuvres culturelles.

La PlayStation 4 et le Remote Play

L’un des atouts de la PlayStation 4 est le Remote Play, qui consiste à jouer à un jeu PlayStation 4 depuis la PlayStation Vita. Certes, cette technologie n’est pas nouvelle : elle existait déjà du temps de la PlayStation 3. Concrètement, un joueur démarre une partie sur sa console de salon. Quand il le souhaite, il peut mettre en pause, activer le Remote Play et continuer sur sa console portable.

Techniquement, c’est la PS4 qui fait tourner le jeu. La liaison, établie en WiFi, permet ainsi à la PS Vita de recevoir les informations à afficher sur l’écran. Cette fonctionnalité permet par exemple de libérer le téléviseur lorsque quelqu’un veut regarder un programme TV. La compatibilité des titres avec cette technologie est à la discrétion des studios, même si Sony pense que beaucoup l’utiliseront.

La PlayStation 4 et le partage de gameplay

Nous en avons parlé lors de notre article sur les manettes. La DualShock 4 arbore un tout nouveau bouton : Share. À quoi sert-il ? Il « permet aux joueurs de sauvegarder, diffuser et partager les vidéos enregistrées de gameplay, captures d’écran de jeu et de gameplay livestream en temps réel« . Sony affirme que cette fonctionnalité ne nécessite aucun abonnement au PlayStation Plus.

La PS4 arbore donc un profil résolument social avec la possibilité de montrer ses exploits vidéoludiques sur les principales plateformes fréquentées par les internautes : Facebook, Twitter, Ustream ou Twitch. Chaque séquence enregistrée dure au maximum 15 minutes. Sans doute un peu court pour les amateurs de walkthrough / playthrough, qui aiment diffuser leurs activités en jeu.

La PS4 propose du divertissement, avec peine

Tout comme la Xbox One, la PS4 n’oublie pas le volet divertissement numérique. Sony propose par exemple Music Unlimited, une plateforme d’écoute de musique en ligne sans publicité. Video Unlimited fournit des contenus audiovisuels en streaming (films, émissions de TV…). PlayAsYouDownload propose de jouer pendant le téléchargement d’un jeu PS4 depuis le PlayStation Store.

En revanche, l’offre numérique de la PS4 souffre de quelques faiblesses : à l’heure actuelle, la console n’est pas en mesure de lire des fichiers MP3 (elle n’a pas de lecteur musical) et d’accéder aux serveurs DLNA pour la lecture de contenus en streaming sur un réseau local. En théorie, cela doit changer via une mise à jour, mais aucun calendrier n’est pour l’instant annoncé.

La rétrocompatibilité, la fonctionnalité qui manquera à beaucoup

Nous avons passé en revue les principales fonctionnalités que proposent la Xbox One et la PlayStation 4 en dehors du jeu vidéo pur et dur. Il en existe d’autres, plus secondaires, comme le PlayStation App ou l’application Microsoft SmartGlass qui permettent de faire d’un appareil sous iOS ou Android un second écran. D’autres (Kinect, caméra PS) ont été décrites plus longuement dans nos précédents articles.

Mais l’une des fonctionnalités qui manquera à beaucoup de joueurs, c’est la rétrocompatibilité avec les jeux de la génération précédente. Elle fait défaut chez Microsoft, mais une solution via le cloud gaming pourrait peut-être voir le jour… un jour. Du côté de Sony, pas de rétrocompatibilité matérielle non plus. mais la FAQ indique que « tout contenu PlayStation acheté sur le PlayStation Store pour les systèmes PS Vita et PS3 peuvent être transférés sur un système PS4« .

Partager sur les réseaux sociaux

Plus de vidéos