Fin octobre jusqu'à début novembre, le ministère de la culture lancera à un "automne numérique" qui se manifestera autour de trois évènements : un atelier mashup impliquant des œuvres du domaine public, un hackathon consacré aux données culturelles et un débat sur la transmission de la culture à l'ère du numérique.

L'initiative est inhabituelle, mais son objet est intéressant. Du 23 octobre au 7 novembre, le ministère de la culture compte organiser un "automne numérique" qui s'articulera autour de trois rendez-vous destinés, selon les services d'Aurélie Filippetti, à faire "découvrir de manière concrète les enjeux croisés du numérique et de l’éducation artistique et culturelle".

Atelier Mashup

L'automne numérique s'ouvrira le 23 octobre sur un atelier mashup dans les Ateliers de l’École nationale supérieure de création industrielle (ENSCI), en partenariat avec Wikimédia France, Ouishare et Open Knowledge Foundation France. À cette occasion, les étudiants devront "assembler, transformer et revisiter des œuvres entrées dans le domaine public", ce qui aboutira à des œuvres dites transformatives.

Celles-ci intéressent le ministère. Depuis la remise du rapport Lescure en mai, Aurélie Filippetti a demandé au Conseil supérieur de la propriété littéraire et artistique de lancer une étude sur le régime juridique des œuvres transformatives suite à la proposition 69 suggérant de faire "expertiser […] une extension de l’exception de citation, en ajoutant une finalité 'créative ou transformative', dans un cadre non commercial".

Selon la rue de Valois, "la production artistique […] implique désormais de plus en plus d'auteurs qui collaborent collectivement à la création d’une œuvre commune. La diffusion rapide de ces pratiques et de ces usages révèlent une nouvelle conception de l’œuvre : il ne s’agit plus de produire des œuvres uniques et finies, mais plutôt des œuvres interactives et participatives, qui évoluent au cours du temps et qui s’épanouissent par leur interaction avec le public et leurs usagers."

Hackathon Dataculture

L'automne numérique se poursuivra ensuite du 25 au 27 octobre avec un Hackathon Dataculture, c'est-à-dire un concours entre développeurs autour de la libération de données des établissements culturels. "Celui-ci permettra de faire émerger de nouveaux talents et services innovants favorisant les interactions culturelles et l’éducation des plus jeunes à l’ère numérique".

Ce Hackathon Dataculture s'inscrit dans une démarche plus générale de libération des données publiques, ou Open Data. L'an dernier, le gouvernement Ayrault a signé une charte dans laquelle il porte ce principe dans ses valeurs déontologiques. Un mois plus tard, le Conseil national du numérique promouvait la réutilisation des données culturelles.

Au cours de cet évènement, le ministère fait savoir qu'il "libérera plus d’une centaine de jeux de données issus des établissements culturels français" qui s'ajouteront à ceux déjà présents sur Data.Gouv.Fr. "L'enjeu de ce hackathon est avant tout créatif", selon la rue de Valois. "Il s'agit de concevoir des services utiles, innovants et ludiques qui favoriseront la transmission culturelle" et l'enrichissement des connaissances.

Rencontre / débat

Le dernier grand rendez-vous de cet automne numérique, qui sera ponctué par une "série de manifestations et d'initiatives sur l'ensemble du territoire" selon les services d'Aurélie Filippetti, sera une rencontre-débat sur la transmission de la culture à l’ère du numérique.

Plusieurs questions sont d'ores et déjà soulevées :"en quoi le numérique peut-il participer au dynamisme de l’éducation artistique et culturelle et à la démocratisation de la création ? Quel rôle peuvent jouer les institutions culturelles dans un nouvel écosystème en train de se construire ?".

( photo : CC BY Pop Culture Geek )

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés