Depuis ce mardi matin, l'accès à Facebook n'est plus possible en passant par le réseau Tor, qui permet d'anonymiser les connexions.

Mise à jour : le blocage ne serait pas délibéré de la part de Facebook, mais serait le résultat d'une décision de bloquer les adresses IP utilisées massivement pour spammer. Les spammeurs utilisent en effet Tor pour masquer l'origine des messages publicitaires frauduleux, et les webmasters cèdent parfois à la tentation de bloquer l'ensemble des utilisateurs partageant la même adresse IP :

Est-ce un simple problème technique passager, ou une volonté délibérée de la part de Facebook de ne plus autoriser les connexions à partir d'un réseau qui permet de protéger l'anonymat des utilisateurs, et de contourner la censure ? Depuis ce mardi matin, comme Numerama a pu le vérifier, les utilisateurs de Tor ne peuvent plus se connecter à Facebook. En revanche, Twitter ou Google+ continuent de fonctionner normalement.

Plutôt que d'avoir accès à leur réseau social, les internautes qui passent par les relais du réseau Tor pour masquer leur propre adresse IP voient s'afficher un message d'erreur. Sous la version de Firefox Portable préconfigurée pour fonctionner avec Tor, le message indique que "le serveur redirige la demande pour cette adresse d'une manière qui n'aboutira pas".

L'URL de la page que le navigateur cherche à afficher est celle d'une page d'explication de Facebook, qui indique à l'internaute que l'accès est restreint parce qu'il utilise une "mauvaise adresse IP". 

"Vous essayez d'accéder à Facebook à partir d'une adresse IP (Internet Protocol) qui est associée à un FAI (fournisseur d'accès à Internet) mal configuré, ou au comportement abusif. Si vous pensez que c'est une erreur, dites-nous en plus", écrit Facebook.

Le site ArabCrunch s'inquiète de l'impact d'une telle restriction pour les révolutions arabes. "Cela va conduire des milliers d'activistes politiques à se connecter avec leur propre adresse IP", redoute-t-il. "Leurs identités pourraient être révélées aux régimes tyranniques dans des pays comme la Syrie, la Jordanie, l'Iraq, l'Arabie Saoudite et ailleurs, puisque les connexions SSL à Facebook peuvent être facilement cassées par des technologies obtenues par ces régimes de la part d'entreprises américaines et britanniques". Le site arabe presse Facebook de rétablir l'accès à partir des noeuds Tor.

Initié il y a plus de 10 ans, le réseau Tor est régulièrement critiqué par les autorités étatiques, qui lui reprochent de faciliter la dissimulation des activités criminelles. En avril dernier, la police du Japon a demandé aux éditeurs web de bloquer les adresses IP des noeuds Tor, dont la liste est publique.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés