Depuis le 1er janvier 2013, il n'y a plus de lien de peering privé entre Free et Numericable. Pour envoyer des données d'un FAI vers l'autre, il faut nécessairement passer par les serveurs d'autres opérateurs, situés à Paris... ou plus souvent à Londres.

Il n'y a plus de lien d'interconnexion directe entre Free et Numericable. Et ce depuis le 1er janvier 2013. Un sujet ouvert le 15 février dernier sur le forum de LaFibre.info avait révélé que les liens de peering entre Free et Numericable étaient coupés, laissant alors croire à un problème technique temporaire, comme il en arrive régulièrement dans les réseaux du monde entier. Mais la situation est toujours la même trois semaines plus tard, ce qui ne laisse plus de place au doute.

Plutôt que de transiter directement entre les réseaux de Free et de Numericable, les paquets sont tous relayés vers les réseaux des transitaires Level3, Cogent, NeoTelecom ou encore Tata, et passent donc par des routes qui sont parfois saturées, en particulier entre Level3 et Cogent. Parfois, souvent, les paquets quittent même la France pour faire un détour par Londres, avant de parvenir au destinataire.

Contactés mercredi matin par Numerama, ni Free ni Numericable n'ont répondu à nos demandes d'explications.

"J'ai entendu que Free était en conflit avec Completel pour des raisons de factures impayées, et que les avocats de Free auraient choisi de couper le PNI avec Completel, et avec Numericable", indique dans un message un abonné à Numericable, unrealdtc.

En principe, un accord de peering n'est payant qu'en cas de flagrant déséquilibre entre les données reçues et envoyées. Mais dans le cas de Numericable et Free, rien ne paraît expliquer un tel déséquilibre au détriment de Free, au contraire de celui que peut ressentir un FAI avec YouTube, par exemple (où les données reçues par le FAI sont largement majoritaires par rapport aux données envoyées). 

Actuellement, les accords de peering n'ont rien d'obligatoires ; ils relèvent simplement de la pratique et des négociations commerciales entre opérateurs. L'Arcep, qui selon nos informations a bien connaissance de la coupure effective du lien de peering entre Free et Numericable, a décidé il y a un an de mettre en place une collecte d'informations périodiques sur les conditions d'interconnexion. Mais aucune publication de ces accords de peering n'est prévue.

Concrètement, l'absence de lien de peering entre Free et Numericable n'a pas d'effet très visible pour les abonnés de l'un et de l'autre, si ce n'est un léger ralentissement des communications. Tant que les relais fonctionnent correctement. Les conséquences sont surtout commerciales.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés