Malgré la hausse des Blu-Ray et de la VOD, les ventes de vidéos continuent de chuter en France avec l'écroulement des DVD.

C'est un phénomène classique, que le cinéma a déjà connu avec la transition de la cassette VHS vers le DVD. En 2012, les ventes de DVD en France ont reculé de 8,9 % avec 105 millions d'unités vendues, alors que les ventes de Blu-Ray ont augmenté de 12 %. Mais ces dernières sont encore loin de compenser la chute, puisqu'il ne s'est vendu l'an dernier que 14 millions de Blu-Ray selon les données publiées par le CNC et Gfk

En chiffre d'affaires, les Blu-Ray représentent 223,69 millions d'euros (+9,3 % ), contre 892,59 millions d'euros pour les DVD (- 12,3 %). Toujours difficiles à réunir dans un marché qui échappe en partie à la France, les chiffres de la vidéo à la demande n'ont pas été communiqués officiellement, mais ils sont estimés à 200 millions d'euros pour 2013, ce qui correspondrait à une hausse de 23 %.

Au total, le marché de la vidéo physique et numérique représenterait pour l'ensemble de l'année dernière un total d'environ 1,32 milliards d'euros pour les DVD, Blu-Ray et VOD, en nette baisse par rapport à 2011 (1,49 milliards d'euros).

Evidemment, et malgré la progression de la VOD, les éditeurs de vidéo seront tentés comme toujours d'attribuer cette baisse au piratage, qu'ils jugent encore trop présent. Mais plus que jamais, les films doivent se battre dans un environnement extrêmement concurrentiel, qui demande au consommateur d'acheter des jeux vidéo, de la musique, des livres, des films, et des abonnements illimités au cinéma, avec un pouvoir d'achat qui n'augmente pas et qui les oblige à arbitrer. En 2012, un seul film en Blu-Ray coûtait en moyenne 23 euros pour une nouveauté. C'est plus cher qu'une carte de cinéma Gaumont/Pathé ou UGC qui permet de voir un nombre illimité de films parmi les toutes dernières sorties.

Et outre le pouvoir d'achat, les consommateurs doivent aussi trouver le temps de regarder les films qu'ils achètent, alors que leur temps est de plus en plus accaparé par Internet, par les jeux vidéo, et par la multitude de chaînes de télévision.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés