Publié par Julien L., le Vendredi 28 Décembre 2012

Les dérives sur Twitter contrarient le gouvernement

La multiplication des hashtags homophobes, racistes, sexistes ou antisémites inquiète le gouvernement. Après les cas #UnBonJuif et #SiMonFilsEstGay, très médiatisés, la porte-parole du gouvernement réclame une concertation entre Twitter les associations de défense des droits des minorités.

Twitter est-il devenu le théâtre de la bêtise ? Depuis quelques mois, on assiste en effet à l'apparition d'une multitude de mots-clés (hashtags) stigmatisant des groupes de personnes selon des considérations religieuses (#UnBonJuif, #CestLaFauteAuxMusulmans), sexuelles (#SiMonFilsEstGay, #VousEtesDesPutes) ou ethniques (#ChezLesArabes, #ChezLesNoirs).

Des tendances tendancieuses

Précédés du signe typographique croisillon (#) et destinés à recenser les messages autour d'un thème commun, ces marqueurs permettent de transformer un terme ou une expression en lien de recherche et à faciliter la conversation autour d'un sujet. Ceux qui sont les plus populaires sont regroupés dans une rubrique baptisée "tendances", visible par tous les usagers.

Or à plusieurs reprises, des hashtags désagréables se sont hissés parmi les sujets les plus discutés. Et bien souvent, ces marqueurs sont accompagnés de messages particulièrement désobligeants envers les groupes ciblés. Et les exemples cités plus haut ne sont que les cas les plus médiatisés ; nombre de mots-clés, parfois très virulents, se cachent dans les tréfonds de Twitter.

L'affaire la plus récente et la plus commentée est évidemment celle du mot-clé #UnBonJuif, puisqu'elle a mobilisé à la fois l'Union des Étudiants Juifs de France (UEJF) et SOS Racisme. Désireux d'éviter les foudres de la justice française, le site communautaire américain a finalement accepté de faire le ménage sur sa plateforme, en retirant les messages les plus polémiques signalés par l'UEJF.

L'intérêt de la surveillance sociale

Certes, tous les messages marqués par ces hashtags ne sont pas racistes, antisémites, sexistes ou homophobes. Beaucoup visent en réalité à stopper le succès de mot-clé, même s'ils participent à sa notorité. Ainsi, de nombreux usagers, scandalisés par l'émergence de ces mots-clés, tentent de les contrer en les détournant (#SiMonFilsEstGai, #SiMonFilsEstHomophobe) ou en grondant leurs auteurs.

Pour Jean-noël Lafargue, maître de conférences associé à l’Université Paris 8, professeur à l’École Supérieure d’Arts du Havre, l'intervention des autres usagers révèle une surveillance sociale qui marche. "Ceux qui ont sorti des horreurs se font faire les gros yeux et doivent tenter de regagner les faveurs du groupe à coup d’excuses telles que « je rigolais »", explique-t-il.

"Peu importe que ces rectifications soient sincères ou non, elles sont forcées de le devenir, c’est la magie de la pression sociale, cette histoire aboutit donc à une éducation", poursuit-il. Et les auteurs, réprimandés par les autres usagers, sont parfois obligés de se retrancher derrière le prétexte de l'humour ou de s'excuser pour calmer le jeu et ne plus être la cible de critiques.

Le gouvernement veut une concertation sur les dérives

De son côté, le gouvernement n'entend pas rester les bras croisés. Najat Vallaud-Belkacem, ministre des droits des femmes et porte-parole du gouvernement de Jean-Marc Ayrault, annonce la tenue le 7 janvier 2013 d'une concertation entre les associations, notamment celles défendant les droits LGBT, et le site web afin d'empêcher la prolifération de ces messages.

"Je souhaite que nous puissions travailler ensemble, en lien avec les acteurs associatifs les plus concernés, à la mise en place de procédures d'alerte et de sécurité qui permettront que les événements malheureux que nous avons connus ces dernières semaines ne se reproduisent plus", écrit-elle dans une tribune publiée samedi dans Le Monde, citée par Le Figaro.

"Je souhaite en particulier que l'entreprise Twitter puisse examiner les conditions de mise en place de dispositifs concourant à la lutte contre les infractions en matière de provocations ou d'injures", poursuit la ministre, souhaitant, "sans préjudice d'éventuelles actions judiciaires, en appeler au sens des responsabilités de l'entreprise Twitter, pour qu'elle contribue à prévenir et à éviter de tels débordements".

Le web, espace de discussion et de confrontation

La tendance observée sur Twitter n'est pas récente. Pour la Ligue Internationale Contre le Racisme et l'Antisémitisme (LICRA), le web est une caisse de résonance qui favorise la prolifération de la haine. "Faute d'une régulation suffisante, la Toile est aujourd'hui un accélérateur du phénomène de banalisation de l'acte raciste", a estimé en 2011 son président.

Cependant, un rapport rédigé en 2010 par l'actuelle présidente de la CNIL note que si "la présence des contenus racistes sur internet est réelle", elle est "difficile à évaluer dans sa volumétrie exacte". D'autant que le nombre de signalements de contenus racistes et xénophobes est très nettement supérieur au nombre de cas réellement qualifiés ainsi par les responsables de la plateforme Point-de-Contact.

Ce qui est certain, c'est que le web n'est pas une zone de non-droit. L'arsenal juridique est assez étoffé pour traduire en justice les auteurs de tweets litigieux, s'ils s'avèrent que ces derniers enfreignent la législation. C'est ce que rappelle la ministre Vallaud-Belkacem. "Le canal virtuel qu'ils ont emprunté ne rend pas moins punissables ceux qui les commettent et que les tribunaux pourraient connaître".

Le filtrage et la censure, mauvaises réponses à un vrai problème

Internet n'est en fin de compte que la vitrine de la société. Si des dérives apparaissent en son sein, c'est d'abord parce qu'elles existent déjà au quotidien. C'est donc d'abord aux causes profondes qu'il faut s'attaquer, plutôt qu'à leur visibilité. Car cela ne fera que les masquer sur la toile, comme on balaie en vitesse la poussière sous le tapis.

En filtrant ou en censurant les contenus litigieux, la lutte contre le racisme aura pour effet de le rendre moins visible, plus pernicieux. Cela ne veut pas dire pour autant qu'il ne faut rien faire sur le plan judiciaire. Mais au moins, lorsque les dérives sont visibles, elles peuvent être plus efficacement combattues. Ne serait-ce que par la réaction d'autres usagers, excédés de voir ces messages.

Publié par Julien L., le 28 Décembre 2012 à 15h33
 
54
Commentaires à propos de «Les dérives sur Twitter contrarient le gouvernement»
Inscrit le 13/08/2010
8066 messages publiés
Tempête dans un verre d'eau...
et moyen d'occuper l'espace médiatique... tic tic tic
Inscrit le 28/08/2004
6873 messages publiés
+1

Entre ça et le chômage qui monte, ils choisissent leurs urgences.
Inscrit le 07/05/2004
895 messages publiés
Comme l'a fait Talonnette 1er en son temps (règne)
Inscrit le 06/02/2009
269 messages publiés
C'est plutôt ce pays qui devient le chantre de la bêtise en voulant instituer en permanence la pensée unique et le politiquement correcte.

Pas étonnant qu'on en arrive ensuite à condamner en France et le plus sérieusement du monde un humoriste pour blasphème.

Casser le thermomètre pour dissimuler la fièvre, voilà encore un exemple typique de la médiocrité crasse et de cette imposture intellectuelle et démocratique que représente l'oligarchie qui détermine notre quotidien.

Attention cependant ce que l'on empêche de dire par les mots risque de finir par se dire, un jour, par les armes...
[message édité par Thnos le 28/12/2012 à 15:54 ]
Inscrit le 17/09/2012
3 messages publiés
"Pas étonnant qu'on en arrive ensuite à condamner en France et le plus sérieusement du monde un humoriste pour blasphème."

Ah oui ? Vous avez un lien vers la décision ? Tant que vous y êtes, vous me donnerez aussi le lien Légifrance du Code pénal incriminant le délit de blasphème, je n'arrive pas à le trouver dans mon Code (pourtant parfaitement à jour, je le crois).
Inscrit le 29/12/2012
1 messages publiés
c'est le résultat de l'etroitesse d'esprit des idéoloques qui nous gouvernent ; mais pourront ils empêcher les Français de penser ?
Inscrit le 16/03/2009
1424 messages publiés
Bah, twitter c'est la même chose que facebook, un truc de blaireaux. Pour s'en convaincre, il suffit de regarder ce qui motive le plus de tweets.
http://www.zdnet.fr/....htm#xtor=RSS-1
Inscrit le 27/11/2012
6 messages publiés
Tout n'est pas à jeter quand même. Si on regarde bien, les TT sur les télé-réalité, c'est surtout les ados, après tu peux avoir des TT sur des émissions plus sérieuse "mot croisés, c dans l'air, c politique" qui peuvent être intéressants. Mais surtout, c'est un super outil pour faire de la veille technologique pour les professionnel ou pour suivre l'actualité autre qu'avec les médias traditionnel qui sont de plus en plus nul et anxiogène (je te suis sur ce point là "JimJimJim").
Inscrit le 20/09/2012
953 messages publiés
veille + "ou pour suivre l'actualité autre qu'avec les médias traditionnel" + outil d'alerte

J'ai écris ça quelque part avant que twitter ne sorte, que ce serait une tendance lourde ce dont twitter (et d'autres comme identi.ca) est le nom. Mais je ne peux pas donner le lien, because je suis JimJimJim
Inscrit le 13/08/2010
8066 messages publiés
Comme dit @PetitMargoulin, faut pas résumer Twitter à ça.
Mais c'est vrai que c'est affligeant... comme quoi, l'abrutissement des masses ça fonctionne bien.
Inscrit le 13/08/2002
6922 messages publiés
En même temps ça existe depuis la nuit des temps, le principe est le même, la technologie évolue. Du temps des romains c'était "du pain et des jeux" aujourd'hui "du pain et du social network". Fondamentalement c'est l'être humain. Inutile de s'en offusquer ou s'en attrister, ça a toujours existé et existera toujours. Hélas, hélas, hélas 3x hélas.
Inscrit le 28/12/2012
3 messages publiés
Enfin quelqu'un qui dit quelque chose de censé... je commençais à desespérer en voyant les autres commentaires...

C'est peut-être un outil qui permet de la veille informationnelle ou technologique, mais le problème c'est qu'il a été pris d'assaut par ces hipsters qui sont persuadés d'être empreints de la culture geek rien qu'en postant un tweet depuis leur iPhone 5 avec leur coque en diamant, avec leurs lunettes geeky-chic payées en 12 mensualités.

Pire que ça, je trouve que Twitter s'est dégradé depuis que la majorité des journalistes et médias l'ont adopté en masse, alors qu'auparavant ils ignoraient même jusqu'à son existence !

Et c'était beaucoup mieux comme ça...
[message édité par Tompalm27 le 28/12/2012 à 21:39 ]
Inscrit le 17/12/2011
2 messages publiés
Forcément, qui sème le vent récolte la tempête ! Et après ils s'étonnent et sont inquiets. Mais quelle bande de minables !
[message édité par Krugger le 28/12/2012 à 16:23 ]
Inscrit le 29/07/2010
1024 messages publiés
+1
Et puis les hashtags racistes et homophobes de Twitter c'est du pipi de chat comparé à toutes les ignominies qu'on put sortir les politiques (surtout de droite) entre la poissonnière Morano pour qui les jeunes musulmans sont des gens qui parlent le verlan et mettent leurs casquettes à l'envers où le sans doute refoulé Vannestes qui considère les homos comme des êtres inférieurs présentant une menace pour l'humanité.
Au moins sur Internet, on l'a bien vu dans le cas Twitter, quand quelqu'un sort des propos dégueulasses, il se fait tout de suite remettre en place et se fait exclure de la communauté.
Si seulement on pouvait faire les même chose avec nos politiques....
[message édité par june le 28/12/2012 à 16:34 ]
Inscrit le 20/09/2012
953 messages publiés
Ce ne sont pas "nos politiques" a u said.
Ce sont juste de minables squatteurs politiciens qui profitent d'un système démocratique en bout de course pour squatter sans vergogne, qui nous insultent nous les français en permanence, et qui n'ont d'ailleurs rien de "politique".

Sinon, heureux de revoir June, je t'espère bien
Inscrit le 04/10/2005
1096 messages publiés
Comme si les tribunaux n'avaient que ça a faire; condamner des petits ados merdeux qui jouent la provoc sur twitter pendant les vacances scolaires...
Inscrit le 18/03/2008
813 messages publiés
Effet Streisand en pleine action.

J'espère que Twitter va "poliment" leur pisser au cul...
Inscrit le 13/08/2010
8066 messages publiés
ah oui, quand même...
Inscrit le 20/09/2012
953 messages publiés
Quels voyous!

Question : pisser au cul de ceux qui salissent les grandes fonctions peut il aider à nettoyer lesdites fonctions?
Inscrit le 23/09/2008
1858 messages publiés
Inscrit le 10/07/2008
3283 messages publiés
Ceux qui ont sorti des horreurs se font faire les gros yeux et doivent tenter de regagner les faveurs du groupe à coup d’excuses telles que « je rigolais». Peu importe que ces rectifications soient sincères ou. non, elles sont forcées de le devenir, c’est la magie de la pression sociale, cette histoire aboutit donc à une éducation. Et les auteurs, réprimandés par les autres usagers, sont parfois obligés de se retrancher derrière le prétexte de l'humour ou de s'excuser pour calmer le jeu et ne plus être la cible de critiques.


Quelle horreur. Un police de la pensée. Une école du mensonge et de la lâcheté. Une usine à fariquer des lavettes.

Des propos désagréable de désobligeant, hou mon dieu, poussons vite des petits cris d'orfraies. On dirait des précieuses effarouchées. Vite, une loi contre la désobligeance. Le cathéchisme de l'homme nouveau, tu ne diras que du bien de ton prochain. Allez, je me joins aux souhaits de dieangel : #LesNouveauxCurés, je vous pisse à la raie.
[message édité par /dev/tty le 28/12/2012 à 17:43 ]
Inscrit le 13/08/2010
8066 messages publiés
Inscrit le 09/04/2009
1380 messages publiés
Encore une fois on veut traiter la conséquence au lieu de s’intéresser a la cause.
1 - On ne pourra pas empêcher quelqu'un de penser ce qu'il veut, aussi faux soit cette pensée.
Partant de la la meilleur façon d'apporter une correction dans cette pensée c'est qu'elle soit exprimée.
2 - En France pleins de lois interdisent tout simplement de dire ce que l'on pense si c'est jugée dégradant.
Pourtant il suffit de lire un peu des commentaires pour ce rendre compte que ces sujets préoccupent alors pourquoi faire semblant qu'il n'y a pas de problème ?

Et franchement qu'est ce qu'un comité de surveillance va apporter ? il a dit sur Twitter ( que je ne suis pas obligé de suivre) que les noirs,juifs,arabes, catholiques, homos. sont des sous hommes. Vite effaçons ça !
Moralités la personne ayant écrit ça continuera a la penser et rajoutera qu'en plus les catégories sus cité ont pourri la France et la justice et pratique la censure.
Du coup elle trouvera un autre moyen d'expression et sera plus virulente.
Inscrit le 28/08/2004
6873 messages publiés
+100

Très bon résumé du problème.
Inscrit le 10/07/2008
3283 messages publiés
Si vous me permettez, « corriger la pensée » ça fait déjà un peu goulag, vous ne trouvez pas? Si il y a tant de « pensées incorrectes » dans la population, ça peut vouloir dire deux choses:

- La population est défectueuse, je n'arrive pas à me faire à cette hypothèse.
- Ces pensées sont le reflet de la nature humaine.
[message édité par /dev/tty le 28/12/2012 à 19:07 ]
Inscrit le 20/09/2012
953 messages publiés
/dev/tty
Et si tu rajoutais une troisième hypothèse? : la société est pathogène, certains choix politiciens sont pathogènes.
Inscrit le 10/07/2008
3283 messages publiés
La société est pathogène? La société, c'est l'ensemble des humains. Alors l'ensemble des humains est pathogène? Je crois plus à « certains choix politiques ». Avouerais-je que je me suis réjoui de l'élection de Miterrand mais que je mesure maintenant dans quoi on s'est embourbé. Il y a cette industrie de l'anti-racisme, et oui la vidéo de Mozinor est trés bien vue. Ce constat est fait par tout le monde, ou presque, mais ces officines sont encore solidement soutenues par l'intelligentsia.

On a dérivé vers un compassionnel universel (qui pousse à excuser les criminels et accuser les victimes, une inversion de valeurs qui devrait nous mettre la puce à l'oreille) et un égalitarisme forcené. On veut que tout soit égal mais rien n'est égal dans la nature. On en a perdu le sens du « égalité » de la devise républicaine qui se fourvoie dans une égalité de résultats. Il faudrait que le cancre ait 20/20 pour qu'il soit égal. Que dire de cette ridicule théorie du «genre». C'est du nivellement à la tronçonneuse, ça ne veut plus rien dire.

Enfin, cette hypersensibilité à la moindre critique, qui frise l'hystérie dès qu'on touche à une communauté (religieuse, sexuelle, ethnique, à tous les coups on gagne). C'est oublier que tout le monde appartient à une communauté. Si on suit cette doxa, alors il ne faut plus rien dire. Ou uniquement des louanges.

Mais c'est pas ça, l'humain. L'humain, ça râle et ça se moque, ça déteste autant que ça aime. J'irais même jusqu'à dire que cette détestation lui est aussi nécessaire qu'aimer. Interdisons-lui de détester et il finira par se détester lui-même et s'auto-détruira.
[message édité par /dev/tty le 28/12/2012 à 22:01 ]
Inscrit le 20/09/2012
953 messages publiés
Oui, disons... Mais bon, je crois que tu sous estimes la dimension pathogène d'une société sur les éléments qui la constituent, quand les malades/pathos ont les manettes des media et des institutions..

Reste que : veux tu chier et pisser avec les meilleurs des humains sur les fils de putes puantes enculées baisées et enfantées par des doberman et des rats et qui oeuvrent à ce genre de choses et de "concertations" cf link ci-dessous?

Là est ton choix, humain citoyen

http://tempsreel.nou...ncertation.html
Inscrit le 20/09/2012
953 messages publiés
http://referentiel.n...ile/4985004.jpg
En Catalogne, chaque année à la période de Noël, des personnalités représentées sous forme de santons en train de déféquer, pantalon baissé, sont mises en vente. Parmi les nouvelles figurines de 2012, figure notamment le président français François Hollande. (AFP PHOTO/ LLUIS GENE)

Image IPB
[message édité par JimJimJim le 28/12/2012 à 21:08 ]
Inscrit le 10/07/2008
3283 messages publiés
Je ne comprends pas trés bien ta « société pathogène ». Je comprends mieux le « pouvoir pathogène de ceux qui ont les manettes des media et des institutions ». Il y a une unicité de pensée chez eux, que la force massive des media imprime à la société (c'est la raison pour laquelle il faut se couper des media, au moins de leur part pathogène véhiculée essentiellement par la télévision).

Ils sont passés de la politique à la morale, c'est pour ça que je les traite de curés. Et j'ai plus de respect pour les curés en soutane que pour eux. Le discours ambiant est sans cesse une leçon de morale, et ça commence à devenir lourdingue. On passe d'une loi qui dit "ne pas appeler à trucider des gens en raison de leur appartenance à ...", qui me semble assez raisonnable, à "il ne faut pas ne pas aimer", qui serait en creux une obligation d'aimer, c'est insensé. Les *-phobies en sont le symptôme flagrant.

Je vais réflechir à ta dernière question
Inscrit le 20/09/2012
953 messages publiés
J'ai bien aimé ce que tu as dis là.

Pour la dernière question , prends tout ton temps hein
Inscrit le 20/09/2012
953 messages publiés
Tu as regardé le lien de Mozinor que je propose dans mon premier post, tout en haut? Il est parlant!

Que crois tu Karoutchi, que ces minables politiciens professionnels et leurs amis des associations multiples souhaitent la fin des actes de racismes ou d'antisémitisme ou d'homophobie ou autre???
Mais c'est tout le contraire en réalité!

Car ils en vivent, de ça aussi, grassement, et en outre cela leur sert à "encadrer" cet internet qu'ils détestent et dont ils ont peur car il est assez démocratique, internet, et libre penseur.

Ce sont des ordures tu sais, de vraies ordures, de vrais manipulateurs corrompus jusqu'à l'os, il ne reste pratiquement plus que ça à présent "là haut"... La situation est grave.
Inscrit le 20/09/2012
953 messages publiés
Pourquoi Numerama a enlevé ce billet de la place qui était la sienne et l'a remplacé par celui sur le docu NDDL, c'est à dire en haut à gauche sa place?
Petites frappes...
Inscrit le 13/08/2010
8066 messages publiés
Euh... toi fatigué ? moi rien compris, sur le coup.
Inscrit le 20/09/2012
953 messages publiés
Non, pas fatigué.
Ce que je vois sur la homepage de Numerama, c'est que ce billet récent est passé de position number one cad en haut à gauche dans la liste des trois billets mis en avant; à la deuxième, et a été remplacé par le vieux billet sur NDLL placé en première position.
Bon, j'ai la flemme de faire les copies d'écran tout ça, et je n'ose penser à du cloacking de la part de NM, même le tester, mais ce billet récent sur Twitter/dérives me semble bel et bien avoir été mis en retrait en homepage.

U got it?
Inscrit le 02/04/2010
1061 messages publiés
De son côté, le gouvernement n'entend pas rester les bras croisés.


J'esperais qu'on sortirait un peu de la politique "un fait divers, une loi".
Bon, pour ca aussi, "le changement, c'est maintenant"... ou pas.
[message édité par wormlore le 28/12/2012 à 19:27 ]
Inscrit le 09/04/2009
1380 messages publiés
@ /dev/tty : Ok corriger la pensée n'est pas forcement le meilleur termes, je suis tout a fait d'accord qu'on ne peu pas forcer les gens a tous s'entendre et c'est tant mieux. Apres il faut savoir garder un minimum de réserve et ne pas généraliser a tout va. Mais ça demande un minimum d’éducation et d'ouverture.

@Jim^3 : t’inquiètes pas je sais bien de qui tu parles. Mais j'aspire toujours à mieux.
Inscrit le 20/09/2012
953 messages publiés
"Mais j'aspire toujours à mieux."

C'est la moindre de choses!
Inscrit le 10/06/2005
6355 messages publiés
ze_katt (Modérateur(rice)) le 28/12/2012 à 21:59
Karoutchi, le 28/12/2012 - 18:10
Encore une fois on veut traiter la conséquence au lieu de s'intéresser a la cause.
1 - On ne pourra pas empêcher quelqu'un de penser ce qu'il veut, aussi faux soit cette pensée.
Partant de la la meilleur façon d'apporter une correction dans cette pensée c'est qu'elle soit exprimée.
2 - En France pleins de lois interdisent tout simplement de dire ce que l'on pense si c'est jugée dégradant.
Pourtant il suffit de lire un peu des commentaires pour ce rendre compte que ces sujets préoccupent alors pourquoi faire semblant qu'il n'y a pas de problème ?

Et franchement qu'est ce qu'un comité de surveillance va apporter ? il a dit sur Twitter ( que je ne suis pas obligé de suivre) que les noirs,juifs,arabes, catholiques, homos. sont des sous hommes. Vite effaçons ça !
Moralités la personne ayant écrit ça continuera a la penser et rajoutera qu'en plus les catégories sus cité ont pourri la France et la justice et pratique la censure.
Du coup elle trouvera un autre moyen d'expression et sera plus virulente.


Il y a qu’a voir comment se font traiter ceux qui ne pataugent pas dans le "politiquement correct" de ce forum pour vite comprendre qu'on peu sortir les pires horreurs à condition d’être suffisamment nombreux.
Inscrit le 10/06/2005
6355 messages publiés
ze_katt (Modérateur(rice)) le 28/12/2012 à 23:26
On peut ne pas aimer les xxx yyy ou zzz et s'abstenir des leur jetter des pierres.
Inscrit le 29/07/2010
1024 messages publiés
@/dev/tty

Heuh...excuses moi mais encore heureux que lorsque les connards racistes et homophobes s'expriment sur le net, on les envoie se faire foutre. Car si on les laisse s'exprimer c'est aussi pour les contre dire.
On va pas non plus les laisser raconter leurs merdes sans rien faire, hein !
Et puis il faut pas se voiler la face. Ceux qui se plaignent toujours qu'on ne peut plus s'exprimer sont souvent ceux qui l'ouvre pour sortir des conneries.
Si le politiquement incorrect aujourd'hui c'est d'être raciste et homophobe et bien la société est bien tombé bas.
Inscrit le 10/07/2008
3283 messages publiés
Je ne me souviens pas avoir dit ça.
Inscrit le 18/03/2008
813 messages publiés
l'idée de la liberté d'expression c'est que les pensées infondées et stupides se démontent facilement par le dialogue, à grand coup de logique, si possible.

Etablir des lois qui disent que telle pensée ne doit jamais être exprimé est du domaine de l'arbitraire "Tu dis pas de gros mots ma fille ou tu te prends une fessée!"
C'est juste un truc de plus qui infantilise la population.
Inscrit le 23/09/2006
3292 messages publiés
"le gouvernement voudrait demander à twitter de faire le menage dans les propos illicites..."


ce qui est illicite, c'est du ressort de la police et du juge, en aucun cas de twitter qui ne doit pas se substituer ni à l'un ni à l'autre

tout ce que twitter doit offrir comme solution, ce sont des données de connexion qui permettent de remonter jusqu'au posteur des messages, seul responsable de ses propos... Bien sur, ces données ne doivent etre communiquées QUE à la police et au juge sus cités, dans le cadre d'une procédure contradictoire en bonne et due forme

alors on se sort les doigts du cul et on fait respecter les lois en vigueur IRL au lieu de demander à un intermediaire technique de le faire à sa place, ou de faire voter de nouvelles lois "fait divers" jettables pour faire beau.

A moins que retrouver, poursuivre et sanctionner les gens qui commettent un delit punissable par la loi soit trop compliqué pour eux, et ne soit pas la vraie motivation derriere tout ce ramdam, et qu'en fait le projet ca soit des choses comme une taxe de plus sur twitter, la censure, ou deleguer gratuitement (ou à leur frais) à ces intermediaires techniques le boulot de trucs publiques qu'on paye avec nos impots ? nan je ne peux pas y croire
Inscrit le 10/06/2005
6355 messages publiés
ze_katt (Modérateur(rice)) le 29/12/2012 à 13:50
2. Les personnes physiques ou morales qui assurent, même à titre gratuit, pour mise à disposition du public par des services de communication au public en ligne, le stockage de signaux, d'écrits, d'images, de sons ou de messages de toute nature fournis par des destinataires de ces services ne peuvent pas voir leur responsabilité civile engagée du fait des activités ou des informations stockées à la demande d'un destinataire de ces services si elles n'avaient pas effectivement connaissance de leur caractère illicite ou de faits et circonstances faisant apparaître ce caractère ou si, dès le moment où elles en ont eu cette connaissance, elles ont agi promptement pour retirer ces données ou en rendre l'accès impossible.
3. Les personnes visées au 2 ne peuvent voir leur responsabilité pénale engagée à raison des informations stockées à la demande d'un destinataire de ces services si elles n'avaient pas effectivement connaissance de l'activité ou de l'information illicites ou si, dès le moment où elles en ont eu connaissance, elles ont agi promptement pour retirer ces informations ou en rendre l'accès impossible.
http://www.legifranc...ategorieLien=id
Si Tweeter est averti du caractère illicite des hashtag et qu'il les retire pas, il sera responsable pénalement. La loi ne parle pas de juge.
Inscrit le 06/04/2011
3896 messages publiés
La liberté d 'expression fait partie de l ' homme avec ses défauts et ses qualités et ne peut être muselé en AUCUN CAS.
Telle est mon opinion.

Vous l ' avez voulu votre liberté d 'expression avec des " barrières " ; et bien, dites vous bien que l ' on ne sait jamais la hauteur ou elle peut s ' arrêter cette barrière.
Tout dépend de ceux qui la construisent et c 'est pas forcément pour votre bien.

Ceux qui sont pour ce muselage , faudra pas venir pleurer quand ça sera pire.

Allez
Inscrit le 10/07/2008
3283 messages publiés
J'ai eu un peu de temps à perdre alors j'ai été lire les hashtags infâmants. J'ai choisi au hasard #SiMonFilsEstGay. J'en ai fait défiler quelques centaines. J'ai vu beaucoup de "wé c'est nul ce hashtag" et de "on parle de nous a la télé". Mais je n'en ai pas trouvé un seul qui appellerait à exterminer les gays.

En cherchant bien, j'en ai trouvé deux qui lui promettent de l'assommer, je classe plutôt ça dans les QI de poulpe. Ce qui est certain, c'est que je n'ai pas vu ce déferlement d'homophobie qui mériterait le déploiement de l'ONU. Le plus homophobe pour moi est celui-ci : Je s'rai trop contente, j'pourrai aller faire les magasins avec lui.

Je suis subitement pris d'un doute. Est-ce la seule existence du hashtag qui pose problème, en quel cas ce serait grave. Ou bien leur contenu, dans ce cas il faut avoir une mentalité de fouilleur de poubelles pour en trouver. Je penche pour la crise d'hystérie collective.
Inscrit le 20/09/2012
953 messages publiés
Merci pour le C/R, j'ai confiance

Ceux qui manipulent tout ça savent très bien ce qu'ils veulent et ce qu'ils font. Ce sont des ordures d'un point de vue politique/démocratique, des gens très intéressés financièrement aussi.

Il n'y a pas de hashtag assez parlant pour résumer ce qu'ils sont, des sortes de dégénérés* d'un point de vue politique et du point de vue "espèce/race humaine".

Il faudra donc les "traiter" quand cela sera possible, pour le bien de ce pays gangréné et des français

-------------------------------------------------------------------------------------

*DÉGÉNÉRÉ, ÉE, part. passé et adj.
I. Part. passé de dégénérer*.
II. Adjectif
A. [En parlant d'un être vivant (hum., animal, végét.), d'une race ou d'une espèce] Qui est atteint de dégénérescence. Enfant, peuple dégénéré; race dégénérée. Chevaliers traîtres à leur mission, barons dégénérés (FARAL, Vie temps St Louis, 1942, p. 248). Cueillir des avelines à peau rouge et des roses dégénérées (COLETTE, Gigi, 1944, p. 233).
Emploi subst. Le lépidoptère, (...) une espèce de dégénéré (BERGSON, Évol. créatr., 1907, p. 135). Le Dégénéré cousu main, le Sous-homme intégral (MONTHERL, Démon bien, 1937, p. 1295).
MÉD. ,,Sujet atteint congénitalement d'anomalies ou d'insuffisances marquées, physiques ou mentales`` (Méd. Biol. t. 1 1970).
B. [En parlant d'un inanimé abstr.] Qui a perdu sa pureté originelle. Une meute d'appétits malsains et de goûts dégénérés (BLONDEL, Action, 1893, p. 184). Le socialisme n'est qu'un christianisme dégénéré (CAMUS, Homme rév., 1951, p. 93).
MATH. [En parlant d'une courbe] Dont le polynôme associé peut être décomposé en sous polynômes de degré inférieur. Ces points, considérés comme une conique dégénérée tangentiellement (Hist. gén. sc., t. 3, vol. 1, 1961, p. 32).
[En parlant d'une forme bilinéaire] Dont les applications linéaires qui lui sont associées, ne sont pas injectives (cf. CHAMB. 1972).
Fréq. abs. littér. : 196.

-----------------------------------------------------------------------------------

DÉGÉNÉRESCENCE, subst. fém.
A. Fait de dégénérer, de perdre les qualités de sa race-; état qui en résulte. Synon. vieilli dégénération. Cette dégénérescence écrite sous les traits ignobles d'un Louis XVIII ou Louis-Philippe (GONCOURT, Journal, 1856, p. 270) :

1. ... Mme Baudu et sa fille. La première était une petite femme mangée d'anémie, toute blanche, les cheveux blancs, les yeux blancs, les lèvres blanches. Geneviève, chez qui s'aggravait encore la dégénérescence de sa mère, avait la débilité et la décoloration d'une plante grandie à l'ombre.
ZOLA, Au Bonheur des dames, 1883, p. 396.
Emploi fig. :

2. Notre décadence dans l'ordonnance des bâtiments et des perspectives tient, en grande partie, à l'exagération de la manie du contrôle, qui est elle-même un symptôme de la dégénérescence du goût de la responsabilité.
VALÉRY, Variété III, 1936, p. 269.

B. PATHOL. Altération d'un tissu ou d'un organe dont la structure ou le fonctionnement devient pathologique. Dégénérescence des cellules; dégénérescence graisseuse infectieuse; réaction, signe de dégénérescence. Chez des crustacés tels que les Rhizocéphales, qui ont dû présenter autrefois une structure plus différenciée, la fixité et le parasitisme accompagnent la dégénérescence et la presque disparition du système nerveux (BERGSON, Évol. créatr., 1907, p. 112).
Prononc. et Orth. : []. Ds Ac. 1835-1932. Étymol. et Hist. 1796 (CONDORCET, Å’uvres, VI, 643 ds Z. fr. Spr. Lit., t. 35, p. 134). Dér. de dégénérer*; suff. -escence* sur le modèle de mots tels que efflorescence (lat. efflorescere), effervescence (lat. effervescere). Fréq. abs. littér. : 92.
Inscrit le 10/07/2008
3283 messages publiés
Ceux qui manipulent tout ça savent très bien ce qu'ils veulent et ce qu'ils font.


Même pas sûr. Je n'aime pas les théories du complot. Des mécanismes de psychologie sociales sont à l'oeuvre, aggravés (ou amplifiés) par la caisse de résonnance médiatique. C'est l'homme qui a vu l'homme qui a vu l'ours. Cet article en fait partie, malgré lui. "On dit que", "machin a accusé". Mais on n'exhibe pas un seul specimen. On se dit que c'est vraiment trop nauséabond, qu'il vaut mieux ne pas le mettre sous le nez du public, faut pas exciter la bête. Et puis on s'en ferait le relai en le recopiant.

On imagine qu'il y a eu des twitts qui ont franchi la ligne rouge, que des bien-pensants ont soigneusement collectionné, comme des entomologistes, pour les mettre sous le nez des leviers d'opinion. Une sorte de liste d'infâmie mais faut pas la voir, c'est trop sale. Sauf que si tu veux vraiment te faire une opinion sur un fait de société, il te faut les données brutes, pas les échos.

Ce qui est sûr, par contre, c'est qu'il y a des orfèvres en matière de troll. Ils ont toujours existé, sur tous les systèmes, et twitter doit être pour eux un merveilleux terrain de jeu. Ces individus prennent un malin plaisir à allumer le feu partout où ils le peuvent. Je me souviens d'une affaire de lancer de chiots sur Facebook, dont les gazettes s'étaient offusqué. C'est pourtant un troll classique, variante de la flame-war historique sur alt.cat.quelquechose qui fit des dégâts nucléaires. Même si je ne les aime pas, je dois avouer que voir l'appareil d'État se mettre en branle pour un troll est un plaisir de gourmet.
[message édité par /dev/tty le 30/12/2012 à 19:49 ]
Inscrit le 20/09/2012
953 messages publiés
Précision.

Je n'ai pas dis que des "complotistes" auraient initié les #xyz.

Par contre, que des dégénérés/cf supra utilisent/instrumentalisent ces évènements pour des raisons politiques et financières de niveaux les plus bas, ça je l'affirme.

Quand l'appareil d'Etat comme tu dis les soutiens ceux là au lieu de relativiser ces incidents marginaux et d'agir raisonnablement et efficacement, c'est de mon point de vue qu'il y a cancer métastasé des systèmes de régulation de l'Etat, censé rappelons le être au service du bien commun et de la concorde.

Je t'avoue que mon plaisir amusé des débuts a atteint ses limites pour laisser place au dégout devant tant d'incurie et de graves inconséquences.
Inscrit le 19/11/2012
22 messages publiés
Mouai, encore un bon gros débat venteux tout ça... Je pense que le fait que sur internet, tout le monde dise tout et n'importe quoi, ce n'est une nouveauté pour personne. Sur les réseaux sociaux, ils s'amusent à jouer à qui aura la plus grande... Je suis sûr que la moitié n’assumeraient pas ses propos IRL... La chose qui est sûr en tout cas, c'est que ça fourni un bon prétexte à notre état pour nous fliquer officiellement...
Inscrit le 10/06/2005
6355 messages publiés
ze_katt (Modérateur(rice)) le 30/12/2012 à 22:35
D'un autre coté pour arrêter d’être fliqué il suffit de fermer son compte tweeter.

En fait, vous seriez surpris de voir ce que le RG peuvent avoir sur vous (pour peu que vous ayez juste salué dans la rue quelqu’un qu'ils surveillent). C'est arrivé à quelqu'un que je connais, ils avaient son cv détaillé depuis la maternelle, savaient des trucs que lui même ignorait. Et c’était avant internet.
Inscrit le 20/09/2012
953 messages publiés
Oui. Je l'ai compris il y a quelques années quand un ex député ex président de ceci cela m'a glissé quelques remarques me concernant... Comme je suis clean et pas dangereux pour les grands équilibres, cela ne m'inquiète pas trop. Mais ça laisse une sensation désagréable tout de même. Sans parler du fait que notre société étant de plus en plus borderline d'un point de vue démocratique, exister autrement que par le vide ou les stupides bêlements peut devenir ennuyeux sur la simple décision d'un minable petit politicien ou fonctionnaire :/
Répondre

Tous les champs doivent être remplis.

OU

Tous les champs doivent être remplis.

FORUMS DE NUMERAMA
Poser une question / Créer un sujet
vous pouvez aussi répondre ;-)
Numerama sur les réseaux sociaux
Décembre 2012
 
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
26 27 28 29 30 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31 1 2 3 4 5 6